Data Center de Microsoft : un liquide bouillant pour refroidir les serveurs

Les serveurs de Data Center de Microsoft pourraient bientôt bénéficier d’une mise à niveau massive de la gestion thermique. À l’heure actuelle, le géant du logiciel teste une nouvelle technologie de refroidissement radicale connue sous le nom de liquide bouillant.

Le liquide bouillant : principe de fonctionnement

Cette nouvelle technologie promet d’être plus performante, plus fiable et moins coûteuse à entretenir par rapport aux systèmes de refroidissement actuels par air traditionnels. Les serveurs équipés de ce nouveau prototype de système de refroidissement ressemblent beaucoup aux PC à huile minérale. Des dizaines de serveurs lames sont emballés étroitement ensemble dans un réservoir entièrement rempli de liquide bouillant. Le liquide est bien sûr non conducteur, de sorte que les serveurs peuvent fonctionner en toute sécurité dans l’environnement liquide.

Le liquide, dont la composition est tenue secrète, bout à 122 degrés Fahrenheit, soit à 90 degrés Celsius, ce qui est inférieur au point d’ébullition de l’eau. Le point d’ébullition bas est nécessaire pour éloigner la chaleur des composants critiques. Une fois que le liquide commence à bouillir, il roule automatiquement à la surface, permettant aux condenseurs refroidis d’entrer en contact avec le liquide, ramenant le liquide de refroidissement à son état entièrement liquéfié.

Répondre aux demandes croissantes d’énergie et de chaleur des composants

Ce système est une gigantesque chambre à vapeur avec des chambres de refroidissement reposant sur des réactions chimiques. Le but est d’amener la chaleur des composants du système aux chambres de refroidissement, qu’il s’agisse de dissipateurs thermiques ou, dans ce cas, d’un condenseur. Microsoft dit que le développement d’une technologie de refroidissement radicalement nouvelle est dû aux demandes croissantes d’énergie et de chaleur des composants informatiques, qui ne feront que s’aggraver.

Les transistors des puces informatiques sont devenus si petits qu’ils ont atteint le niveau atomique. Bientôt, il sera physiquement impossible de réduire davantage la taille des transistors. Face à cela, les fabricants de puces ont dû augmenter de façon considérable leur consommation d’énergie pour continuer à augmenter les performances du processeur, en ajoutant notamment de plus en plus de cœurs à un processeur.

Des composants serveur sont de plus en plus gourmands en énergie

Si les composants serveur sont de plus en plus gourmands en énergie, Microsoft estime que cette nouvelle solution liquide sera nécessaire pour réduire les coûts sur l’infrastructure des serveurs.Le liquide bouillant est optimisé pour un faible entretien. Microsoft s’est inspiré des clusters de serveurs de Data Centers fonctionnant sur les fonds marins lors du développement de cette nouvelle technologie de refroidissement.

Après le projet Natick, Microsoft a retenu une chose : la fiabilité absolue du refroidissement eau/liquide. Le taux de défaillance des serveurs sur le fond marin est estimé au huitième des répliques de serveurs terrestres avec un refroidissement par air traditionnel. Microsoft espère que sa technologie de liquide bouillant aura les mêmes effets. Cela signifierait une révolution dans le monde des Data Centers où les serveurs sont plus petits et beaucoup plus fiables. De plus, avec ce nouveau système de refroidissement, les performances du serveur seront également améliorées.