Le data center le plus efficace au monde utilise un refroidissement holistique

Le projet financé par l’UE qui consiste à construire un data center affichant un PUE de 1,0148 est-il vraiment réalisable ?

Comment le projet a-t-il été rendu possible ?

Tout commence en 2019. Des scientifiques ambitionnent de changer l’édification et la règlementation au niveau des data centers. Bien que novateur, le concept requiert toutefois le développement d’un système où le PUE serait de l’ordre de 1,0148. Selon Nils Lindh, directeur de la Boden Business Agency, une salle d’exposition n’aurait nullement besoin d’une alimentation de secours de type UPS. Un modèle a ainsi été déployé sur un terrain de la municipalité suédoise. BBA décide néanmoins de se tourner vers EcoCooling et H1 Systems, deux entreprises britanniques hongroises pour gagner de l’ampleur.

Baptisée « Horizon 2020 », l’idée consiste en un énorme programme de recherche de 60 milliards d’euros, entre 2014 et 2020. Celle-ci coïncidait avec la volonté de l’UE à entreprendre la construction d’un data center dont le PUE est inférieur à 1,1. Pour BBA, il était temps de viser « au-delà d’une simple salle d’exposition » et de songer à « quelque chose de beaucoup plus sérieux ». Le groupe se tourne alors vers l’institut de recherche de Suède à Lulea. Notons que cette ville abrite déjà un data center de Facebook. La société s’allie ensuite avec l’institut Fraunhofer qui sera, le dernier grand nom européen à rejoindre ses rangs. Cette stratégie lui permettra d’ailleurs d’être sélectionné pour le contrat avec l’UE.

Les membres du groupe se voient attribués des rôles distincts

Le groupe a 3 ans pour concrétiser le projet. De son côté, BBA entame ainsi un travail sur les permis. H1, lui, est chargé de la rédaction des conceptions de data centers. Quant à EcoCooling, lui, conceptualisait les solutions de refroidissement. Enfin, en ce qui concerne l’institut Fraunhofer, on lui a accordé un an pour « développer un système pour les charges de travail synthétiques ». Selon la déclaration de Reinhard Herzog, responsable de la modélisation et de la mise en réseau chez Fraunhofer, leur mission était de bâtir une référence afin d’émuler des applications du monde réel.

Kozma de chez H1, lui, affirme que grâce à ce projet, un système d’exploitation très efficace sera mis en place. Il aura la particularité d’être moins onéreux, ce qui profitera aux plus petits opérateurs. Rappelons, par la même occasion, que Boden Type Data Center One en fait partie. Les 500 kW déployés sont constitués de quatre modules. On notera que chacun de ces modules a fait l’objet d’un test, dans le but d’instaurer un refroidissement holistique et ainsi contrecarrer la chaleur.

Grâce à un contrôle des ventilateurs des serveurs, la température du processeur a pu être maintenue à 60 degrés. En plus d’être bien équilibré, ce système fonctionne à l’unisson. Cela génère nécessairement des gains d’efficacité, d’où l’atteinte d’un PUE « fou » de 1,0148. Bien sûr, une modification a été effectuée au niveau de la structure du bâtiment. Le groupe a privilégié « une conception de poulailler qui permet un effet de cheminée naturel ».

Sources & crédits Source : Datacenterdynamics - Crédit :

Pin It on Pinterest