Cambridge Horizon Scan CHS

Imprimante ADN, photosynthèse sans lumière, les Tech du futur dévoilé au CHS

Le Cambridge Horizon Scan (CHS) vient de dévoiler les innovations les plus prometteuses pour préserver la biodiversité en 2024. Quinze sujets ont retenu l’attention des jurys. Ces équipes se sont surtout concentrées sur les thématiques environnementales, et sur l’énergie. Une fois en place, ces découvertes pourront changer la vie quotidienne.

Toutes les innovations sont les bienvenues pour conserver la biodiversité. Et l’Université de Cambridge a compris ce concept. Avec le Cambridge Horizon Scan (CHS), des spécialistes internationaux ont pu rassembler une quinzaine de découvertes pour atteindre cet objectif. Et certaines technologies sont si extraordinaires qu’elles frôlent la limite de la science-fiction. Toutes les inventions ont été publiées le 18 décembre dernier. Mais vous pourrez consulter l’entièreté de ces découvertes dans la revue Trends in Ecology & Evolution.

Imprimer l’ADN, est-ce possible ?

C’est une des innovations les plus marquantes du Cambridge Horizon Scan (CHS). En effet, des scientifiques ont réussi à imprimer l’ADN de quelques espèces, en utilisant des technologies très avancées. Cette approche ouvre la porte à plusieurs possibilités. Cette technique est déjà disponible dans les laboratoires les plus compétitifs.

Pour les écologistes, l’impression d’ADN permet de conserver une espèce. Il est alors envisageable de restituer les barrières de corail détériorées par le réchauffement climatique. Pour d’autres scientifiques, cette découverte peut aussi réduire une population animale.

« D’ici cinq ans, ces dispositifs pourraient permettre d’imprimer des séquences équivalentes à celles d’un petit génome viral, à la demande et de manière distribuée » un extrait de l’Horizon Scan.

Pourtant, il faut toujours opter pour une approche éthique pour éviter toutes les dérives. Entre de mauvaises mains, cette technologie pourrait mener à la création d’une nouvelle espèce dangereuse.

Photosynthèse sans lumière ?

Trois éléments composent la photosynthèse. L’énergie solaire, l’eau et le dioxyde de carbone. Quelques minéraux interviennent aussi pour aboutir aux termes de ce phénomène. Mais les scientifiques du Cambridge Horizon Scan (CHS) ont trouvé une nouvelle approche. Il est tout à fait possible d’exclure l’énergie solaire pour avoir les mêmes résultats. C’est la découverte de la Professeure Elizabeth Hann et son équipe.

Cette « photosynthèse artificielle » nécessite de l’acétate. Cette molécule est obtenue à partir de l’électricité, du CO2, et de l’eau. Les scientifiques peuvent utiliser des éoliennes comme source d’énergie pour remplacer les rayons solaires. Mais ils peuvent toujours utiliser les panneaux photovoltaïques. Selon les chercheurs, cette approche est 18 fois plus efficace que la photosynthèse naturelle. La découverte sera alors déployée dans le secteur agricole.

“Ce processus utilise beaucoup moins de terres que la production agricole traditionnelle, car il permet la production urbaine d’aliments dans des bâtiments à plusieurs étages” Horizon Scan.

Exploiter l’eau de mer pour créer de l’hydrogène

Encore une nouvelle approche pour élargir les sources d’énergie. Dans le Cambridge Horizon Scan (CHS), des scientifiques ont réussi à extraire de l’hydrogène à partir de l’eau de mer. C’est une avancée considérable, car on a une alternative supplémentaire aux énergies habituelles. À noter que ces dernières ont quelques inconvénients sur l’environnement.

Pourtant, il faut encore perfectionner les techniques d’extraction. En effet, un excès d’oxygène pourrait être nocif pour l’écosystème marin.

Newsletter

Envie de ne louper aucun de nos articles ? Abonnez vous pour recevoir chaque semaine les meilleurs actualités avant tout le monde.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *