DHCP

DHCP : tout savoir sur le protocole de gestion d’adresse IP

DHCP est le terme anglais pour Dynamic Host Configuration Protocol. Il constitue une règle de procédure d’attribution de l’adresse IP, dont le fonctionnement reste inchangé pour chaque dispositif ou chaque réseau. Ce protocole permet également de suivre l’évolution de l’ensemble des adresses IP du réseau et sur tous les sous-réseaux qui ont besoin d’une adresse IP.

Il existe deux catégories principales de machines concernées par le service DHCP. Le premier comprend les ordinateurs personnels qui peuvent être des postes de travail, un ordinateur portable, etc. Ils sont désignés sous le nom d’hôte. La seconde catégorie est un serveur qui permet de transformer et de transmettre les données à un autre ordinateur.

Comment le DHCP a-t-il été inventé ?

L’histoire du DHCP débute en 1984, avec la création d’un nouveau protocole de connexion nommé RARP (Reverse Address Resolution Protocol) par l’IETF (Internet Engineering Task Force), organisme de standardisation de l’Internet. Le RARP rendait les ordinateurs sans stockage, appelés « diskless workstations », capables de recevoir des adresses IP automatiquement. Ces ordinateurs démarraient alors en téléchargeant un OS à partir d’un simple serveur central.

Toutefois, le RARP était compliqué à mettre en place et à paramétrer. Il a donc été très vite perfectionné en 1985 jusqu’à devenir un nouveau support réseau nommé Bootstrap Protocol (BOOTP). Le protocole BOOTP pouvait distribuer des adresses IP automatiquement sur de multiples réseaux.

Le protocole DHCP a été développé à partir de BOOTP. Il est également en mesure de mettre à jour les adresses IP dynamiques sur des réseaux spécifiques et de les récupérer lorsque celles-ci ne servent plus.

Le DHCP peut aussi fournir des options supplémentaires pour la configuration des ordinateurs et des périphériques sur le réseau. Le protocole DHCP est devenu standard depuis 1993 et il a été constamment amélioré par la suite. On le retrouve par exemple dans  le système d’exploitation Windows Server.

Le fonctionnement du DHCP

En général, les serveurs qui assurent le protocole DHCP sont gérés par des routeurs sur les réseaux en LAN. Sur de larges réseaux, le DHCP est assuré par des ordinateurs spéciaux. Le paramétrage DHCP comprend surtout la définition du champ de fonctionnement du serveur DHCP. Ce serveur attribue automatiquement des adresses IP et paramètre mécaniquement les autres données du réseau.

Le routeur joue le rôle de serveur DHCP pour la majorité des particuliers et des PME. Au sein des grands systèmes, un serveur spécialisé est requis pour remplir cette fonction.

Quand un dispositif sous tension est branché à un réseau avec un serveur DHCP, celui-ci envoie une requête DHCP au serveur, dénommée DHCPDISCOVER. Lorsque le message DISCOVER arrive au serveur DHCP, ce dernier garde une certaine adresse IP utilisable par le périphérique, puis la communique à son client par un signal DHCPOFFER.

Lorsque le client propose d’utiliser l’adresse IP retenue, le périphérique envoie un message DHCPREQUEST pour l’autoriser par le service DHCP. Puis le serveur transmet un ACK afin de valider que le dispositif accepte l’adresse IP précise. Il fixe ensuite la longueur de temps pendant que le dispositif utilise ladite adresse avant de recevoir une nouvelle adresse.

S’il décide que le périphérique concerné est incapable de fournir l’adresse IP, celui-ci transmet un NACK. Le réglage du DHCP est essentiel. Une mauvaise conception peut causer des interruptions majeures du réseau et entraîner des ralentissements lors de la recherche d’une solution au problème.

Comment configurer un DHCP

Pour configurer un DHCP, il faut d’abord définir son réseau d’utilisation pour que l’adresse IP fixe le serveur DHCP. À noter qu’aucune adresse IP dynamique du serveur ne peut être utilisée. Il faut également prendre du temps pour définir les réglages propres de l’adresse IP DHCP. En même temps, cela vous aidera à spécifier la rapidité du réseau, la passerelle par défaut et le masque sous réseau.

Vous devrez ensuite passer en revue la configuration de votre fournisseur de services DHCP. Il est important de commencer par choisir une adresse IP sortante et une adresse IP entrant parmi la série d’adresses IP susceptibles d’être affectées aux DHCP. Ce réglage du serveur DHCP implique aussi de spécifier le masque sous réseau permettant de subdiviser les adresses IP.

Il faut ensuite spécifier la longueur de location. Celle-ci est la période durant laquelle l’adresse IP est assignée à un hôte, après quoi elle retourne à la base d’adresses IP dans le serveur pour une attribution à d’autres appareils.

Pour achever le processus relatif à la préparation du serveur DHCP, il faut indiquer la passerelle par défaut. Vous devez indiquer le serveur DNS principal et secondaire correspondant au service DHCP. Le processus précise les réglages dans les conditions de fonctionnement du service DHCP. En cas de mauvaise configuration, il est possible que le service DHCP fonctionne de manière incorrecte.

À quel moment une adresse IP statique est-elle utile ?

Une adresse IP variable et dynamique ne devrait jamais être utilisée sur les dispositifs statiques nécessitant un contrôle continu. Même si ces dispositifs se trouvent essentiellement dans un réseau, il est difficile de leur assigner des adresses IP variables.

Ce genre de paramétrage est même inutile. Il est possible de contourner ce problème en évitant de recourir au DHCP, en leur donnant au contraire une adresse IP statique.

Le même principe est valable s’il y a une nécessité en permanence d’un point d’accès à distance sur une machine avec une adresse ip. Si DHCP est activé, l’ordinateur obtiendra une autre adresse IP. L’adresse pour l’ordinateur ne restera pas alors longtemps valide. En utilisant un programme d’accès à distance dépendante d’une adresse IP, il faut désactiver le DHCP.

Les autres particularités du DHCP

Les serveurs DHCP permettent de créer une série d’adresses IP utilisées pour servir des appareils possédant une adresse. Ce pool d’adresses constitue la seule solution pour un périphérique de bénéficier de connexions réseau valides.

Ceci est une raison supplémentaire de l’utilité du DHCP. Il autorise la connexion de multiples dispositifs à l’intérieur du réseau pour une certaine durée sans avoir à recourir à un pool d’adresse.

Le protocole DHCP assigne plusieurs adresses IP à durée déterminée d’utilisation (période de location). Toutefois, utiliser les commandes telles que « ipconfig », pour rechercher l’adresse IP de l’ordinateur, permet d’obtenir différents résultats au fil du temps.

Le fait que le DHCP serve à attribuer une adresse IP dynamique à un client donné ne veut pas dire que des adresses IP statiques sont impossibles à être utilisées au même moment. Un amalgame de périphériques recevant d’adresses dynamiques et des périphériques ayant reçu une adresse IP manuellement peut coexister sur un seul réseau.

Les fournisseurs d’accès Internet se servent du DHCP pour l’attribution de leurs adresses IP, en parallèle avec le protocole TCP IP qui gère la communication réseau des ordinateurs. Vous le constaterez au moment de la détermination de l’adresse IP publique. Celle-ci évoluera sans doute progressivement, sauf si le réseau local dispose lui-même d’une adresse IP fixe, généralement limitée aux sociétés disposant des services internet publics.

Sous Windows, le système APIPA assigne une adresse IP provisoire spécialement adaptée quand le service DHCP cesse de fournir une adresse valide à un périphérique et l’utilise en attendant qu’il en reçoive une qui soit valide.

Pin It on Pinterest