Quand le digital se met au service des objectifs de l’UE

AWS s’est allié à Public First pour réaliser une étude sur comment aider l’UE à atteindre ses objectifs dans le digital. Et d’après l’étude, l’accélération de la transition de l’UE vers le numérique pourrait débloquer une valeur économique de 2.800 milliards d’euros d’ici à 2030. Cela incite à dire que le digital permet bien l’atteinte des objectifs fixés par l’UE. Bien évidemment, cette accélération est permise par l’adoption de nouvelles technologies comme le cloud, l’IA et le big data.

L’UE et son objectif : une « Voie vers la Décennie Numérique »

C’est en 2021 que la Commission Européenne CE a annoncé ses objectifs de transformation numérique d’ici 2030. Il s’agit en fait de la « Voie vers la Décennie Numérique ». Celle-ci comprend quatre domaines dont les compétences, les infrastructures, les services publics et les entreprises. En plus de cela, elle dispose de mesures clés pour surveiller et réévaluer les progrès.

AWS soutient cette vision de la CE. Elle a même collaboré avec le cabinet de conseil Public First dans la réalisation d’une étude en vue de comprendre comment soutenir l’UE dans ses ambitions vers le digital. Cette étude s’appelle « Débloquer le potentiel numérique de l’Europe. »

Accélérer la transformation de l’UE vers le digital pour tenir l’objectif 2030

D’après le rapport de Public First, la Décennie Numérique offrira plus de 2.800 milliards de Valeur Ajoutée Brute (VAB) à l’UE d’ici 2030. Une somme particulièrement considérable, comprenant 1.300 milliards d’euros que l’UE est déjà en train d’atteindre. Et, de 1.500 milliards d’euros supplémentaires si la transition de l’UE vers le digital s’accélère. Cette valeur économique s’ajouterait alors au PIB européen, ce qui équivaut à 21% de l’économie actuelle de l’UE. Et d’après cette étude, les 55% de cette valeur pourraient s’obtenir grâce au Cloud computing.

Public First explique que l’obtention de cette accélération dépend notamment d’un partenariat plus étroit entre les gouvernements, les entreprises et les citoyens. C’est ce qu’a affirmé la directrice générale de la zone Europe, Moyen-Orient et Afrique, Tanuja Randery. « Cela nécessite un engagement soutenu entre les secteurs publics et privés en faveur de l’adoption numérique », explique-t-elle. En effet, si l’UE ne s’efforce pas d’accélérer ses progrès vers le digital, elle ne pourra atteindre que 45% de la valeur potentielle de la Décennie Numérique. Dès lors, Tanuja Randery déclare que les engagements de progresser vers le cloud et les compétences numériques dans l’UE seront bien tenus. Selon l’étude de First Public, 26 % des entreprises de l’UE ont adopté le cloud. Par ailleurs, 25 % ont choisi l’intelligence artificielle et 14 % le big data. Jusqu’à aujourd’hui, l’UE avance vers ses buts de la Décennie Numérique. Pourtant, selon Public First, à cette vitesse, elle ne réussira que 10 ans plus tard, soit en 2040.

Suite aux résultats, l’étude recommande à l’UE d’opter pour l’apprentissage automatique. C’est pour que celui-ci automatise les tâches existantes et d’optimiser par conséquent les performances des organisations.  En outre, l’importance de poursuivre la numérisation des services numériques a aussi été évoquée.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Pin It on Pinterest