Cyberattaques : les entreprises protègent très mal leurs données

Dans une récente enquête, Proofpoint, une société américaine spécialisée dans la sécurité informatique a mené une enquête, cherche à savoir comment les RSSI font face à un flux constant d’attaques. Les résultats de l’analyse révèlent que bon nombre d’organisations n’y sont pas préparées. 

Difficultés accrues depuis la pandémie

Depuis le début de la crise sanitaire en 2020, le monde a connu un véritable déferlement de cyberattaques. Les spécialistes de la cybersécurité évoquent cinq fois plus d’attaques par rapport aux chiffres moyens. Cela s’explique notamment par un passage massif au télétravail et donc une utilisation accrue de l’ordinateur personnel, souvent moins protégé que les matériels informatiques professionnels. 

Pour avoir une idée de la capacité de défense des organisations, Proofpoint a interrogé 1400 RSSI (responsables de la sécurité de l’information). 66% des répondants « estiment que leur organisation n’est pas préparée à faire face à une cyberattaque ciblée en 2021 ». Dans son rapport, Proofpoint souligne que « La cyberpréparation organisationnelle reste une préoccupation majeure ». Si 60% des RSSI ont constaté une nette augmentation des attaques l’année dernière, 64% craignent une recrudescence des attaques ciblées.

Cyberattaque : des dirigeants parfois peu engagés

entreprises désaccord

Les risques cyber pèsent plus que jamais sur les entreprises, désormais dépendantes des systèmes informatiques, les rendant vulnérables face aux attaques. Et si les responsables tentent de lutter avec acharnement contre les cyberattaques, certains dirigeants n’apportent pas le soutien nécessaire pour sécuriser les organisations. Et ce, malgré les risques : vol de données, mise à mal de la réputation de l’entreprise, pertes d’argent (en cas d’attaque de ransomware), …

L’enquête de Proofpoint a en effet révélé que seulement 25% des dirigeants soutiennent les RSSI dans leur mission. Les attaques de phishing et de ransomware ne cessent pourtant d’augmenter. Selon l’Agence nationale de la sécurité des systèmes d’information (Anssi), les tentatives de phishing ont par exemple connu une hausse de 400% depuis mars 2020. Dans cette même période, les attaques de ransomware ont été quadruplées. Tous ces chiffres devraient alerter les dirigeants encore sceptiques ou peu conscients des dangers des cyberattaques dans cet environnement numérique en pleine mutation. 

Pin It on Pinterest