Accueil > Business > EuroHPC : l’UE investit 1 milliard € dans les Superordinateurs et infrastructures Big Data
europhpc ue big data superordinateurs

EuroHPC : l’UE investit 1 milliard € dans les Superordinateurs et infrastructures Big Data

La Commission européenne compte investir 1 milliard d’euros dans les superordinateurs à travers l’initiative EuroHPC. Son objectif est de permettre à l’Union européenne de rester compétitive en possédant au moins deux superordinateurs du top 10 mondial, et d’éviter aux scientifiques et entreprises européens de devoir traiter leurs données Big Data hors de l’Europe.

La Commission Européenne vient de poster une annonce sur son site officiel, ce vendredi 12 janvier 2018. L’UE a décidé de dépenser 1 milliard d’euros dans des superordinateurs afin d’apporter des « bienfaits à la société ». L’initiative « EuroHPC » permettra de financer l’achat de HPC (high performance computers) afin que les entreprises et scientifiques européens n’aient plus besoin de traiter leurs données hors de l’Union européenne.

EuroHPC : une initiative pour rattraper le retard technologique de l’Europe

europe retard technologie

Comme l’explique Andrus Ansip, Vice-Président chargé du marché numérique unique à la Commission européenne, les superordinateurs sont le moteur permettant d’alimenter l’économie numérique. Selon lui, dans la course internationale qui se déroule actuellement, l’Europe est en retard. L’UE ne possède aucun des dix superordinateurs du top 10 mondial.

L’iniative EuropHPC vise à remédier à ce problème en offrant aux chercheurs et entreprises européennes un accès aux capacités des superordinateurs d’ici 2020. Ainsi, l’UE sera en mesure de développer des technologies d’avenir comme l’intelligence artificielle et les applications du quotidien demain dans des secteurs comme la santé, l’ingénierie ou la sécurité.

EuropHPC : l’UE veut posséder deux superordinateurs du top 10 mondial

superordinateurs top 10

La Commission compte investir 486 millions d’euros dans des HPC. Par la suite, elle compte sur les Etats membres pour contribuer à hauteur de 500 millions d’euros chacun d’ici 2020. Bien évidemment, les entreprises sont aussi invitées à contribuer pour accélérer le processus.

Pour rappel, à l’heure actuelle, les deux superordinateurs les plus rapides se trouvent en Chine. La plupart des autres superordinateurs du top 10 sont localisés au Japon ou aux Etats-Unis. Grâce à l’initiative EuroHPC, la Commission européenne espère que l’Europe possédera au moins deux superordinateurs du top 10.

Ces ordinateurs de type pre-exascale seront capables d’effectuer des dizaines de millions de milliards de calculs par seconde. Plus précisément, 1017 par seconde. Deux autres machines plus petites seront capables d’effectuer 1016 calculs par seconde. Au total, quatre superordinateurs seront financés. Des efforts de recherche seront lancés pour développer le hardware et le software, et un autre superordinateur encore plus rapide capable de réaliser 1018 calculs par seconde sera financé entre 2022 et 2023.

EuroHPC : les superordinateurs peuvent changer nos quotidiens

eurohpc quotidien

Selon Mariya Gabriel, Commissaire de l’économie numérique, les superordinateurs sont déjà au coeur des avancées et innovations majeures dans de nombreux domaines qui affectent le quotidien des citoyens européens. Ces puissantes machines peuvent aider à développer des traitements médicaux personnalisés, à économiser de l’énergie et à combattre le changement climatique plus efficacement.

Par ailleurs, une meilleure infrastructure de superordinateurs peut permettre de créer de l’emploi. Il s’agit également d’un facteur clé pour la numérisation de l’industrie, et pour rendre l’économie européenne plus compétitive.

La Commission a conscience que les nations européennes ne peuvent individuellement créer un marché suffisamment compétitif face à des puissances comme la Chine et les Etats-Unis. C’est pourquoi un effort à l’échelle du continent est indispensable pour rivaliser avec ces puissances et donner une impulsion aux industries nationales. Ce point de vue rejoint celui d’Emmanuel Macron qui appelait en début de semaine au développement d’une stratégie Big Data à l’échelle européenne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Send this to a friend