Accueil > Analytics > Facebook dit avoir besoin de vos données pour combattre le terrorisme
facebook données terrorisme

Facebook dit avoir besoin de vos données pour combattre le terrorisme

Alors que les régulateurs allemands demandent à Facebook de ne plus associer les données collectées sur Instagram et WhatsApp d’une personne à son compte Facebook, l’entreprise de Mark Zuckerberg se défend en affirmant que cette pratique a pour but de protéger les utilisateurs contre les terroristes ou la maltraitance infantile…

Le régulateur fédéral allemand de la concurrence, le Bundeskartellamt, vient d’ordonner à Facebook de cesser de collecter les données des utilisateurs de ses différents réseaux sociaux sans leur consentement explicite. Jusqu’à présent, les données des utilisateurs allemands de Facebook, WhatsApp, Instagram et d’autres applications tierces étaient en effet combinées et associées au même compte Facebook sans possibilité de désactiver cette collecte.

Très contrarié par cette décision, Facebook s’est défendu d’une manière surprenante. Dans son communiqué officiel, la firme estime que  » le Bundeskartellamt interprète mal sa conformité au RGPD et méprise les mécanismes prodigués par la loi européenne pour assurer les standards de protection des données cohérents dans toute l’UE « .

En outre, Facebook insiste sur le fait que le fait de combiner toutes les données en provenance de ses différents réseaux sociaux est une pratique très bénéfique dont le véritable objectif est de  » protéger les utilisateurs en identifiant par exemple les comportements abusifs et en désactivant les comptes liés au terrorisme ou à la maltraitance infantile « .

Facebook affirme avoir besoin des données de ses utilisateurs pour les protéger

facebook données

Voici donc la vérité. Alors qu’on aurait pu penser que Facebook moissonne les données de ses utilisateurs dans le seul but de s’enrichir, il s’avère que Mark Zuckerberg est en fait un héros des temps modernes dont le véritable but est de rendre le monde meilleur en arrêtant les terroristes et autres criminels.

A la fin de son communiqué, Facebook défend aussi sa cause en affirmant que tous les autres réseaux sociaux adoptent les mêmes pratiques :  » chaque jour, les gens interagissent avec des entreprises qui connectent et utilisent les données d’une façon similaire, mais le Bundeskartellamt essaye d’implémenter un standard inconventionnel pour une entreprise unique « .

Pour rappel, l’année 2018 a été marquée par la controverse pour Facebook. Tout a commencé en mars avec le scandale de Cambridge Analytica, mais plusieurs autres révélations ont entaché l’image du réseau social par la suite. Il a par exemple été révélé que Facebook fournit les données de ses utilisateurs aux autres géants de la tech, ou encore que Facebook paye des adolescents 20 dollars par mois en échange de leurs données. Nous savons maintenant que c’était pour la bonne cause !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Send this to a friend