Smartphones : Google collecte 20 fois plus de données sur Android qu’Apple sur iOS

Ces dernières années, la confidentialité des données a fait couler beaucoup d’encre. Apple dit fièrement qu’elle protège les données des utilisateurs plus que quiconque. Cette affirmation est peut-être confirmée par la nouvelle étude de Douglas Leith du Trinity College qui révèle que Google collecte jusqu’à 20 fois plus de données auprès des utilisateurs d’Android par rapport à celles collectées par Apple auprès des utilisateurs d’iOS.

Points clés de la recherche

La recherche a analysé la quantité de données de télémétrie transmises directement à Apple et Google,  les entreprises responsables des systèmes d’exploitation iOS et Android. Il a vérifié non seulement les données envoyées à Apple ou Google via des applications préinstallées, mais également pendant les périodes d’inactivité.

Il y a un autre point intéressant dans cette recherche. Cette dernière prend également en compte les données envoyées par les utilisateurs qui ont choisi de ne partager aucune information avec les entreprises dans les paramètres de chaque système d’exploitation.

Apple et Google : la collecte des données

Selon le chercheur Douglas Leith du Trinity College en Irlande, iOS et Android transmettent des données de télémétrie à leurs vaisseaux mères même lorsqu’un utilisateur ne s’est pas connecté ou a explicitement configuré les paramètres de confidentialité pour se désinscrire de cette collecte. 

Les deux systèmes d’exploitation envoient également des données à Apple et à Google lorsqu’un utilisateur effectue des tâches simples telles que l’insertion d’une carte SIM ou la navigation sur l’écran des paramètres de l’appareil. Même en veille, chaque appareil se connecte à son serveur principal toutes les 4,5 minutes en moyenne.

Alors qu’iOS collecte automatiquement les données de Siri, Safari et iCloud pour les envoyer à Apple, Android obtient des données de Chrome, YouTube, Google Docs, Safetyhub, Google Messenger, Clock et recherche. Ceci, même lorsque l’utilisateur n’est pas connecté à un compte Google. 

Volume des données collectées

Fait intéressant, iOS envoie environ 42 Ko de données à Apple juste après le démarrage de l’appareil. Android, en revanche, envoie 1 Mo de données à Google. Lorsqu’il est inactif, Android envoie environ 1 Mo de données à Google toutes les 12 heures. En comparaison, iOS envoie environ 52 Ko à Apple sur la même période. Aux États-Unis seulement, Android recueille collectivement 1,3 To de données environ toutes les 12 heures. Dans le même laps de temps, iOS en collecte environ 5,8 Go.

À travers son porte-parole, Google déclare avoir identifié des failles dans la méthodologie du chercheur pour mesurer le volume de données et dit ne pas être d’accord avec les affirmations de l’article selon lesquelles un appareil Android partage 20 fois plus de données qu’un iPhone. Selon ses recherches, ces résultats sont décalés d’un ordre de grandeur. Google a partagé ses préoccupations méthodologiques avec le chercheur avant la publication.

Cette recherche décrit en grande partie le fonctionnement des smartphones. Google estime que la méthodologie utilisée par les chercheurs n’était pas idéale et confirme que les API d’Android et de Google sont conçues pour fonctionner avec différents types d’appareils. Cela affirme qu’il est nécessaire d’ajuster la plateforme à différents smartphones et tablettes.