Accueil > Analytics > Data Analytics > Google Street View partage les données de pollution avec les scientifiques
google street view donnee pollution

Google Street View partage les données de pollution avec les scientifiques

Dans un post de blog, les responsables de Google Street View ont annoncé que la société partage maintenant les données concernant la pollution de l’ air dans la Bay Aera et la Central Valley en Californie.

Elles ont été enregistrées entre 2017 et 2018. Cela représente 225 000 kilomètres parcourus et 7000 heures de conduite. Pour récolter ces données sur la qualité de l’air, les véhicules de Google Street View ont sillonné les villes de cette zone géographique pendant trois ans. Sur cette période, plusieurs feux d’envergure se sont déclarés.

De même, les voitures pourvues de nombreux capteurs ont parcouru la zone agricole de Central Valley. Précisons que ces jeux de données ne sont pas disponibles pour le grand public. Les scientifiques et les universitaires peuvent en demander l’accès par le biais d’un formulaire.

Google Street View et BigQuery mis à contribution pour aider les scientifiques

Selon Google, cela permettra d’accélérer la combinaison des données sur les polluants avec des imageries satellites, météorologiques et d’autres informations contextuelles. Les chercheurs peuvent notamment utiliser le programme Google Earth ou bien se baser sur les prises de vue de Sentinel, le satellite européen.

Évidemment, Google BigQuery est mis à contribution pour faciliter la compilation des données collectées. Plusieurs dizaines de millions de fichiers sont disponibles sur la Data Warehouse.

C’est une étape décisive dans le Projet Air View. Les premières voitures de Google Street View à embarquer des capteurs atmosphériques roulaient à Oakland, en 2012. La firme de Mountain View a en réalité accepté la proposition d’une ONG, l’Environmental Defense Fund. Elle agit dans la protection de l’environnement et des citoyens.

Le Projet Air View en cours de déploiement dans le monde

Pour capturer ces données de pollutions, Google s’est associé à Aclima. Cette entreprise basée à San Francisco fabrique des capteurs connectés mesurant la qualité de l’air. Ils détectent le méthane, les particules, l’ozone, le dioxyde d’azote, et d’autres. Le projet Air View est maintenant en place à Salt Lake City, Houston, Copenhague, Londres, et Amsterdam.

La firme de Mountain View prévoit d’équiper 50 autres véhicules Google Street View et de les déployer en Asie, en Afrique et en Amérique du Sud, d’ici à la fin de l’année 2019.

Une telle recherche peut sensibiliser les gens à la pollution de l’air, susciter de nouvelles connaissances scientifiques et les aider à passer à l’action. Si les villes du monde entier se joignent à l’effort pour mesurer la pollution de l’air, ce sera un pas de géant vers l’atteinte du noble objectif de battre la pollution de l’air”, peut-on lire en conclusion du post de blog.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Send this to a friend