Accueil > Analytics > Data Analytics > L’IA de Huawei termine la Symphonie Inachevée de Schubert
huawei ia symphonie

L’IA de Huawei termine la Symphonie Inachevée de Schubert

L’intelligence artificielle de Huawei est parvenue à terminer la célèbre Symphonie Inachevée de Schubert. L’oeuvre, complétée avec l’aide du compositeur Lucas Cantor, a été jouée le 4 février 2019 au Cadogan Hall de Londres par les musiciens de l’English Session Orchestra. Une étape importante dans l’histoire de la collaboration entre l’Homme et l’IA. 

Entamée en 1822, la Symphonie N°8 de Schubert en si mineur est restée incomplète pendant 197 ans. Pour une raison inconnue, le compositeur autrichien n’est jamais venu à bout de cette oeuvre. Certains pensent qu’il a été freiné par ses problèmes de santé, d’autres estiment qu’il a préféré se concentrer sur sa prochaine oeuvre. Toujours est-il que cette composition est restée dans l’Histoire comme la  » Symphonie Inachevée « .

Cependant, grâce au mariage entre l’expertise humaine et l’intelligence artificielle, cette oeuvre a enfin pu être terminée. C’est le géant chinois Huawei qui a enseigné à son smartphone Mate 20 Pro, équipé de deux unités de traitement neuronal NPU, à analyser une oeuvre musicale pour la compléter grâce à l’IA.

Ainsi, l’intelligence artificielle a tout d’abord analysé le timbre, la hauteur et la métrique des deux premiers mouvements déjà existants de la symphonie. A partir de cette analyse, elle a ensuite généré le troisième et le quatrième mouvement manquants afin de la compléter.

L’IA de Huawei a permis de compléter une symphonie inachevée depuis 200 ans

Pour finir, Huawei a fait appel au compositeur Lucas Cantor, lauréat de plusieurs Emmy Awards, afin qu’il retravaille la mélodie obtenue pour qu’elle reste fidèle au style du célèbre artiste autrichien. C’est ainsi qu’une partition d’orchestre complète a pu être élaborée grâce à la collaboration entre l’Homme et la machine.

Le 4 février 2019, ce morceau finalisé a pris vie dans l’enceinte du Cadogan Hall de Londres. C’est ici, devant un public de 500 invités, que les 66 musiciens de l’English Session Orchestra ont joué cette version complète et inédite.

Il s’agit, bien évidemment, d’une belle opération de communication de la part de Huawei qui cherche à démontrer que l’intelligence artificielle dans les smartphones peut être très utile. Bien souvent, le grand public peine en effet à voir l’intérêt réel de l’IA pour ces appareils mobiles.

Cependant, au-delà d’un simple coup de pub, le compositeur Lucas Cantor estime que cette expérience prouve  » que la technologie offre des possibilités incroyables et peut avoir un impact majeur et positif sur la culture moderne « .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Send this to a friend