Cet hypermarché va utiliser l'IA contre les émeutes pour du PQ

Cet hypermarché va utiliser l’IA contre les émeutes pour du PQ

Foodstuffs, une chaîne d’hypermarchés néo-zélandaise, veut tester l’IA pour endiguer un fléau qui grimpe en flèche : le vol doublé d’agressions. Les dirigeants espèrent également que la technologie leur permettrait de renforcer la sécurité du personnel et des clients. 

Réduire de façon proactive les vols, les cambriolages et les agressions

En Nouvelle-Zélande comme partout dans le monde, l’industrie de l’épicerie fait face à une hausse inquiétante des vols et des cambriolages. Pire encore, les criminels sont de plus en plus agressifs.  

Au-delà des pertes matérielles et financières, la sécurité du personnel et des clients est également mise à mal. Face à cette situation alarmante, les dirigeants de Foodstuffs, une chaîne d’hypermarchés néo-zélandaise, ont décidé de réagir.

Son objectif ? Réduire de façon proactive les vols, les cambriolages et les agressions dans les magasins. L’enseigne a décidé de faire confiance à la nouvelle technologie, à l’Intelligence artificielle (IA) en l’occurrence.

Utiliser l’IA dans les hypermarchés pour repérer les criminels

Foodstuffs a révélé que sur les 9 700 identifiés cette année, 2 500 sont des récidivistes. Selon les responsables de l’enseigne, l’IA reste l’un des seuls outils qu’ils estiment efficaces pour identifier les voleurs, les agresseurs, les récidivistes.

En les  repérant en amont, les magasins seront en mesure de réduire de manière proactive les vols, les cambriolages, les agressions ainsi que les comportements violents ou menaçants. Ceci, notamment chez les récidivistes. 

L’enseigne a assuré que la technologie sera utilisée dans une trentaine de magasins de Northland, dans le respect de la loi et de la vie privée des clients. L’IA sera également utilisée dans ces buts spécifiques et de façon limitée. 

Protéger le personnel et les clients

Cet hypermarché va utiliser l'IA contre les émeutes pour du PQ

Chris Quin, PDG de Foodstuffs Northland explique : « nous ne voulons pas que notre personnel et nos clients courent un risque en essayant de gérer des situations dangereuses où des personnes qui ont été intruses ou qui sont des complices connus de contrevenants continuent à réintégrer les magasins ».

Ils sont convaincus que l’IA, ajoutée à la gamme de systèmes de sécurité déjà en place, pourrait les aider à identifier de manière proactive toute personne qui ne devrait pas être dans les magasins

Dans une démarche transparente, les dirigeants de l’enseigne assurent que les clients sont avertis dès l’entrée de l’utilisation de la technologie de reconnaissance faciale. Ceci, même dans les magasins où l’IA est encore en phase de test.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Pin It on Pinterest