IBM fournit un ordinateur quantique au pays du Soleil-levant

En collaboration avec l’Université de Tokyo, IBM confie son Quantum System One au Japon.

Grâce à son partenariat avec Tödai, Big Blue vient de donner un ordinateur quantique au Japon. Désormais, le Quantum System One est alors fonctionnel. Celui-ci peut être utilisé par tous les chercheurs et scientifiques japonais. Soulignons, toutefois que l’accès à cette infrastructure numérique est actuellement administré par L’université de Tokyo.

Fier, IBM a dépeint son nouveau système comme étant « l’ordinateur quantique le plus puissant » dans ce petit pays asiatique. Il ne s’est cependant pas prononcé sur le nombre de qubits de celui-ci. Le communiqué de presse ne décrit qu’une vision globale du projet. Il manque par exemple de mentionner que l’hébergement du QSO se fera dans une installation IBM même.  Siégeant au Japon, cette dernière se trouve sous l’égide même de Big Blue.

Un avenir radieux pour l’informatique quantique

Le Dr Dario Gil, directeur et SVP de la section IBM Research déclare qu’ « IBM s’est engagé à favoriser la croissance de l’écosystème quantique mondial et à favoriser la collaboration entre les différentes communautés de recherche ». Il souligne, par ailleurs que la coopération permet la prise de mesures importantes et que cela influencera nécessairement le progrès de la science dans tous les domaines.

Le « partenariat quantique » entre Tödai et IBM date de 2019. On notera que cette même année a été marquée par l’annonce du Consortum de l’initiative d’innovation quantique. L’objectif de ce consortum est de booster les activités de recherche et développement dans le secteur de l’informatique quantique. Etant prévu au Japon, il compte parmi ses membres Sony, Toshiba, Hitachi, Toyota, l’Université Kejo et Sumitomo Mitsui Trust Bank.

L’importance de développer des compétences natives quantiques

Teruo Fujii, président de l’Université de Tokyo, énonce à son tour  l’importance tout aussi bien de favoriser la génération futuriste de ressources humaines que le déploiement d’outils se rattachant à la technologie quantique. Cette première servira, selon lui, à « réaliser une mise en œuvre sociale avancée à l’échelle mondiale ». « Notre université dispose d’une large base de talents de recherche et a toujours promu une éducation quantique de haut niveau dès le premier cycle. Désormais, nous allons affiner davantage le développement de la prochaine génération de compétences natives quantiques en utilisant IBM Quantum System One » ajoute-t-il.

Pour IBM, ce QSO japonais fait suite à la livraison du premier ordinateur quantique européen en juin dernier. Fraunhofer- Gesellschaft, un institut allemand se situant près de Stuttgart en est l’heureux bénéficiaire. La société ne compte pas s’arrêter là. Elle vient d’annoncer l’installation de son « premier ordinateur quantique sur site du secteur privé » au Cleveland Clinic, un centre médical américain.

De quoi l’ordinateur quantique est-il capable ?

Lancé en 2019, le System One est confiné à l’intérieur d’un cube qui lui, est calfeutré de neuf pieds. Le verre borosilicaté qui le constitue est épais d’un demi-pouce. Cette spécificité permet d’obtenir la température très froide requise par le système. Selon Big Blue, cet ordinateur quantique serait apte à conserver 65 qubits. Et ce n’est pas grand-chose face aux 127 qubits du processeur IBM Quantum Eagle qu’ils comptent développer cette année.

Sources & crédits Source : datacenterdynamics - Crédit :

Pin It on Pinterest