Accueil > Intelligence artificielle > Intelligence artificielle : Thales réclame l’interdiction des robots tueurs
thales robots tueurs

Intelligence artificielle : Thales réclame l’interdiction des robots tueurs

Faut-il déployer l’intelligence artificielle sur le champ de bataille ? Pour le PDG du groupe français Thales, Patrice Caine, il n’en est pas question. Le chef d’entreprise appelle à une législation internationale pour l’interdiction des robots tueurs.

L‘intelligence artificielle se développe à une vitesse impressionnante, et semble en mesure de révolutionner tous les secteurs. Le 24 janvier 2019, lors d’une démonstration retransmise en live sur YouTube, l’IA de Google DeepMind est d’ailleurs parvenue à battre 2 joueurs pro du jeu Starcraft II.

Fort heureusement, pour l’heure, l’IA se contente de  » tuer  » les humains dans les jeux vidéo. Néanmoins, certains commencent à s’inquiéter de voir les robots devenir nos redoutables prédateurs dans le monde réel aussi.

C’est le cas du groupe technologique français Thales, dont le PDG Patrice Caine appelle aujourd’hui à l’interdiction de la création d’armes létales autonomes. Selon lui, il est urgent et indispensable que la communauté internationale mette en place  » un cadre réglementaire fort  » pour empêcher la création de  » robots tueurs « .

Même s’il est conscient que les Nations Unies discutent de cet épineux sujet, et que la volonté générale semble aller à l’encontre de telles machines dans les grands pays occidentaux, Patrice Caine estime que le débat sur l’application de l’IA au domaine de l’armement prend trop de temps.

Intelligence artificielle :  » Thales n’appliquera pas l’IA dans tout ce qui est létal « 

thales ia letale

Afin d’éviter un futur digne de la saga Terminator, où des robots conçus pour la guerre se retournent contre nous, le chef d’entreprise considère qu’une législation au niveau international doit être mise en place dans les plus brefs délais. Alors que Thales présentait hier à la presse son laboratoire dédié à l’IA et situé à Montreal, le groupe français affirme qu’il  » n’appliquera pas l’IA dans tout ce qui est létal même si les clients le demandent « .

Pour le PDG, il est hors de question de  » donner de l’autonomie à un système d’armes pour que de lui-même il puisse décider de tuer ou pas « . A ses côtés, le Canadien Yoshua Bengio, pionnier de l’IA, estime lui aussi que les  » robots tueurs  » soulèvent à la fois des problèmes sur le plan moral et sur le plan sécuritaire.

Pour la plupart des individus, au-delà de la crainte que ces robots se révoltent contre nous, laisser une machine décider de prendre la vie à un humain sans intervention humaine dépasse les limites de l’éthique . Pour rappel, en juin 2018, les protestations des employés ont poussé Google à cesser sa participation au projet Maven du Pentagone : des drones militaires dotés d’intelligence artificielle…

1 commentaire

  1. Ah Thales, donneur de leçon concernant l’IA (n’est ce pas à cause d’un retard de la techno par rapport aux autres?) mais pour fournir des armes à l’Arabie Saoudite, là, aucune remise en question…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Send this to a friend