Le Kingdom Market du dark web est tombé ! Voici comment la police l’a piégé

La police allemande neutralise enfin le Kingdom Market du dark web. La coopération internationale prouve une fois de plus son efficacité.

Le Kingdom Market était une plaque tournante du dark web pour le commerce de biens et de services illégaux. La neutralisation de ce marché noir numérique est le résultat d’une initiative coordonnée à l’échelle internationale et pilotée par la police allemande.

L’Office fédéral de la police criminelle en Allemagne (BKA) et l’Unité de lutte contre la criminalité sur Internet de Francfort (ZIT) ont annoncé la fermeture de Kingdom Market. Mettre hors d’état de nuire cette structure de la cybercriminalité organisée n’était pas une tâche facile pour la police allemande.

Le Kingdom Market, un carrefour majeur du dark web

De mars 2021 à sa récente fermeture, le Kingdom Market était un marché noir digital accessible via le réseau Tor et le projet I2P (Invisible Internet Project). La place offrait une variété de produits illégaux, y compris des drogues, des logiciels malveillants, des données volées et des documents falsifiés. Certains y vendaient également des prestations de piratage.

Les autorités ont découvert que la plateforme proposait plus de 42 000 produits, dont près de 3 600 étaient d’origine allemande. Par ailleurs, le marché accueillait plusieurs centaines de vendeurs et des dizaines de milliers de clients. Ces chiffres révèlent l’ampleur des activités illégales qui s’y opéraient.

Les transactions au Kingdom Market utilisaient diverses crypto-monnaies – comme le Bitcoin, le Litecoin, le Zcash ou le Monero – pour les paiements. À noter que les opérateurs de ce marché du dark web touchaient une commission de 3 % sur les ventes.

Serveurs saisis et une arrestation

Les autorités américaines, suisses, moldaves et ukrainiennes ont également participé à cette opération d’envergure. Celle-ci a conduit à l’arrestation aux États-Unis d’un administrateur de ce marché noir digital. Il s’agit d’un ressortissant slovaque qui opérait avec les pseudos Vendor et KingdomOfficial.

À noter que ce suspect était également le modérateur du subreddit dédié au Kingdom Market. Le travail des enquêteurs ne s’arrête pas là. Ils continuent de rechercher activement d’autres personnes impliquées dans le fonctionnement du marché.

Les autorités allemandes tiennent là une victoire cruciale contre la cybercriminalité organisée. La coopération internationale dans le cadre d’une enquête apporte souvent de très bons résultats. Elle a permis de confisquer plusieurs serveurs dans différents pays.

Vers l’émergence d’une nouvelle plaque tournante sur le dark web ?

Des habitués du Kingdom Market ont réagi sur Dread – un site web communautaire dans le même style que Reddit, mais consacré au dark web – à la suite de la fermeture du marché. Ces clients réguliers se plaignent surtout de tout leur argent perdu, conservé dans leurs comptes Kingdom Market.

Avec Kingdom Market hors ligne et peu de chances de revenir, d’autres opérateurs ont commencé à prospecter sur Dread. Ils veulent notamment attirer tous les habitués du marché noir récemment neutralisé.

Cela montre que la cybercriminalité organisée ne s’arrête jamais. Les autorités peuvent fermer une plaque tournante de commerces illégaux, ses concurrents chercheront toujours à tourner la situation à leur avantage. Kingdom Market est une prise prestigieuse, mais la lutte contre ces marchés du dark web doit reprendre de plus belle.

Newsletter

Envie de ne louper aucun de nos articles ? Abonnez vous pour recevoir chaque semaine les meilleurs actualités avant tout le monde.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *