MacDo et IBM : démocratiser le driving IA

McDonald’s et IBM : vers une démocratisation des services de driving basés sur l’IA

McDonald’s et IBM pourraient proposer des services au volant alimentés par l’IA à plus de restaurants. Les clients devraient s’attendre à moins de personnel au niveau de la prise de commande. 

Élargir la prise de commandes basée sur l’IA ?

McDonald’s ne sera peut-être pas le seul restaurant à expérimenter la prise de commandes basée sur l’IA dans un avenir proche. L’enseigne aurait vendu ses McD Tech Labs à IBM. L’objectif : accélérer davantage le travail sur ses systèmes de commande vocale automatisés

L’accord aidera à appliquer la technologie à une plus grande variété de pays, de langues et de menus, a déclaré McDonald’s. Et ce, tout en renforçant les offres de service client d’IBM basées sur Watson.

L’accord devrait être finalisé en décembre. McD Tech Labs rejoindra alors l’équipe Cloud & Cognitive Software d’IBM.

Une mise en œuvre à grande échelle d’ici un ou deux ans

MacDo et IBM : démocratiser le driving IA

McDonald’s a commencé à tester les commandes au volant alimentées par l’IA dans 10 restaurants de la région de Chicago à la fin du printemps. La chaîne de restauration rapide a constaté des avantages substantiels pour les clients et le personnel.

Néanmoins, le système a clairement besoin d’être amélioré. La précision atteint 85 % environ. Et le service nécessite une intervention humaine pour près d’un cinquième des commandes. Le PDG Chris Kempczinski a déclaré qu’il faudrait plus d’un an ou deux pour mettre en œuvre la technologie à plus grande échelle. 

McDonald’s achète régulièrement des entreprises, comme la société d’IA Apprente, pour de courtes périodes. L’entreprise les fait ensuite tourner avec des partenaires capables d’étendre la technologie.

IBM, la clé du succès des services au volant basés sur l’IA

Chris Kempczinski considère clairement IBM comme la clé du succès du driving alimenté par l’IA chez McDonald’s et ailleurs. Cette technologie évitera par exemple au personnel la corvée de la prise de commandes à 2 heures du matin.

Néanmoins, la mise en place du système implique également la possibilité de suppressions d’emplois. En effet, avec cette technologie, les restaurants limitent l’implication humaine à la préparation des commandes.

Comme toujours, l’automatisation se présente comme une arme à double tranchant. Difficile à ce stade de connaître l’avis et la position des employés par rapport à ce projet. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest