Accueil > Sécurité > Microsoft : l’Afrique est terriblement vulnérable aux malwares
microsoft afrique malwares

Microsoft : l’Afrique est terriblement vulnérable aux malwares

L’Afrique est la région la plus vulnérable et exposée aux malwares. C’est ce que révèle un rapport annuel sur la cybérsécurité publié par Microsoft.

Alors que nous sommes de plus en plus connectés, les malwares ou logiciels malveillants représentent désormais un risque de sécurité au quotidien. Les Chevaux de Troie, les spywares, le phishing et bien d’autres types de cyberattaques sont autant de menaces qui planent en permanence au-dessus de nos appareils électroniques.

Cependant, certaines régions du monde sont nettement plus vulnérables aux malwares et sont donc perçues comme des proies faciles par les criminels. Selon le rapport Security Intelligence Report publié par Microsoft, l’Afrique est ainsi particulièrement prise pour cible par les hackers.

En 2018, le pays affichant le taux moyen mensuel de confrontation à un malware le plus important est l’Éthiopie. Ce taux y atteint un pourcentage ahurissant de 26,33%. L’Asie compte aussi plusieurs pays à risque où le taux de confrontation à un malgiciel est très élevé : le Pakistan (18,94%), le Bengladesh (16,95%), et l’Indonésie (16,59%).

Microsoft : le taux de confrontation mensuelle aux malwares dépasse 16% dans presque toute l’Afrique

Cependant, l’Afrique est la région qui compte le plus de pays où le taux dépasse les 16%. C’est le cas de l’Éthiopie, mais aussi de l’Égypte, de l’Algérie, du Cameroun et de la Zambie. D’autres pays présentent un taux compris entre 12 et 16% dont la Tanzanie, l’Angola, le Zimbabwé, le Marco, le Bénin et le Sénégal.

Au Kenya, en Namibie et au Nigéria, le taux est compris entre 8 et 12%. Avec un taux compris entre seulement 4 et 8%, l’Afrique du Sud semble être le pays d’Afrique le plus sûr en termes de cybersécurité.

Les pays d’Afrique sont également vulnérables au minage de cryptomonnaies. En utilisant des malwares, les criminels sont en mesure d’exploiter les ordinateurs de leurs victimes pour ” miner ” des cryptomonnaies telles que le Bitcoin. Alors que le taux moyen de confrontation à ce type d’attaque à l’échelle mondiale est de 0,12%, il atteint 5,58% en Éthiopie et 1,83% en Tanzanie.

À l’opposé, les pays les plus sécurisés présentent un taux de confrontation aux malwares inférieur à 2%. C’est le cas de l’Irlande (1,26%), du Japon (1,51%), de la Norvège (1,79%) et des Pays-Bas (1,82%). Ces pays profitent d’infrastructures de cybersécurité avancées, de programmes de protection des infrastructures critiques, mais aussi d’une meilleure éducation des citoyens aux mesures de sécurité les plus rudimentaires.

La bonne nouvelle, c’est que le taux de confrontation moyen aux malwares à l’échelle mondiale est passé de 5-7% en 2017 à 4% en 2018. Cette baisse est attribuée par Microsoft à l’adoption de Windows 10 et à l’utilisation du logiciel de scanning de virus Windows Security (anciennement Windows Defender).

En parallèle à la publication de ce rapport, Microsoft donne plusieurs conseils pour protéger vos machines ou celles de votre entreprise contre les malwares. Il est notamment recommandé de ne pas utiliser de logiciels piratés, de procéder à des backups, de mettre à jour vos appareils, de ne télécharger que sur des sources fiables et officielles et surtout de faire attention aux liens sur lesquels vous cliquez…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Send this to a friend