Accueil > Sécurité > La Mairie de Paris ouvre son propre Data Center pour les données des Parisiens
data center mairie paris

La Mairie de Paris ouvre son propre Data Center pour les données des Parisiens

La Mairie de Paris a décidé de reprendre la souveraineté des données des Parisiens. Pour ce faire, elle vient d’ouvrir son propre Data Center situé en sous-sol dans le 18ème arrondissement… 

Jusqu’à présent, la ville de Paris externalisait le stockage de ses données numériques. Toutefois, dans un contexte où les fuites de données se multiplient, la Mairie de Paris a décidé en 2015 d’investir 16 millions d’euros dans un projet de centre de données. L’objectif ? Reprendre le contrôle des données personnelles des Parisiens.

Quatre ans après le début du projet, le Data Center est enfin opérationnel depuis le 28 mai 2019. Il est situé dans le centre logistique de Chapelle International, dans le 18ème arrondissement.

Il s’étend en sous-sol sur 760 mètres carrés, au sein desquels sont répartis 300 serveurs physiques et 3 500 serveurs virtuels. La capacité de stockage s’élève actuellement à 2,5 pétaoctets, et devrait augmenter au fil du temps.

Les installations ont été dédoublées afin de garantir la continuité de service. Pour ce faire, les serveurs sont alimentés par des circuits reliés à deux centrales nucléaires différentes. En cas de panne d’énergie, un générateur de secours peut offrir une semaine d’autonomie. Un système de sécurité permet par ailleurs de saturer la salle des serveurs d’azote afin de mettre fin à un éventuel départ de feu sans même interrompre le fonctionnement des serveurs.

Pour réduire l’empreinte environnementale du Data Center, plusieurs mesures ont été prises par la Mairie de Paris. Ainsi, la chaleur dégagée par le centre sera utilisée pour alimenter le réseau de chauffage des bâtiments aux alentours. Une initiative similaire à celle prise par la ville de Bordeaux, où des HLM sont chauffés grâce aux données.

La Mairie de Paris veut reprendre la souveraineté de ses données

paris data center

Toutes les données numériques des administrés de la ville ainsi que celles des services de la municipalité seront stockées sur les serveurs de ce centre. Les données ont d’ailleurs déjà été transférées entre juillet et octobre.

A l’heure où les services publics sont en voie de numérisation, cette infrastructure va permettre de renforcer la sécurité de l’hébergement des données. En s’émancipant de sous-traitants étrangers, la ville de Paris se soustrait également à des réglementations étrangères comme le Cloud Act américain permettant au gouvernement de demander l’accès aux données aux fournisseurs de Cloud.

De plus, les équipements étant entièrement gérés par les services informatiques de la mairie, cette dernière profite de la maîtrise physique du stockage de bout en bout. La ville pourra par ailleurs s’assurer que le stockage des données soit en conformité avec le RGPD européen.

Afin d’amortir l’investissement dans ce Data Center, la ville de Paris compte laisser d’autres services publics payer pour y installer leurs serveurs. L’Assistance publique-Hôpitaux de Paris et Eau de Paris sont d’ores et déjà en train de négocier leurs contrats. L’investissement devrait être rentabilisé d’ici environ huit ans, et le centre devrait être opérationnel pendant près de cinquante ans…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Send this to a friend