Le Québec, un paradis pour les opérateurs de data center

Le Québec jouit d’une situation qui ferait rêver plus d’une entreprise de data center. En effet, l’électricité, qu’elle soit renouvelable ou non, y est pas cher. Compte tenu de l’appétence en énergie des centres de traitement de données, il s’agit d’un « eldorado » pour les géants du secteur. A ce jour, on notera que la province compte une cinquantaine d’infrastructures, soit 11 de plus qu’en 2019.

Ces data centers sont majoritairement des propriétés des géants du cloud dont Amazon Web Services, Microsoft ou Google. Ces hyperscalers seront d’ailleurs suivis de près par IBM. Désormais, le Québec devient une option à considérer pour les entreprises de data centers. Cela dit, cette province du Canada est encore loin derrière Île de France (France) ou Virginie (Etats-Unis). Si le premier abrite au moins 120 data centers, la deuxième s’occupe de 70 % du trafic internet de la planète.

D’après Stéphane Paquet, PDG de Montréal international, de nouveaux opérateurs se sont établis au Québec, et ce, en quelques années seulement. Le chef de l’organisme chargé de la propulsion économique de la métropole tient même à souligner que parmi ces nouveaux arrivants figurent « de très gros joueurs ». On pourra par exemple citer Google qui prévoit d’ériger son premier data center canadien sur un terrain de 60 hectares. Ce projet coûtera au géant américain près de 489 millions d’euros. Microsoft s’y met, lui aussi, dans le cadre de sa stratégie d’expansion. Celui-ci a, en effet, déjà investi dans un terrain au Québec.

L’énergie renouvelable « coule à flots » au Québec

OVHcloud figure parmi les pionniers des entreprises de data centers au Québec. Cette société française y compte plus de 32 data centers depuis son installation dans la province en 2012. Une de ces infrastructures est logée dans la grande banlieue de Montréal. Des grands conteneurs, recelant plus de 10 000 serveurs, y sont installés.

D’après Estelle Azemard, vice-présidente d’OVHcloud sur le continent américain, l’entreprise ambitionnait depuis longtemps de s’implanter en Amérique. Le choix du Québec a ainsi été logique, étant donné que celle-ci était une grande source en énergie renouvelable. Certes, les raisons de ce choix sont multiples. Toutefois, c’est ce qui a fait le plus pencher la balance. Le bâtiment est établi sur un terrain de 10 000 m2 à Beauharnois. Pour information, il s’agit d’une ville située à moins de 10 km de Montréal et surtout à proximité d’un barrage hydroélectrique. OVHcloud exploite cette eau pour refroidir ses machines grâce à une technologie de pointe.

Au-delà de cet aspect environnemental, le Québec propose également une électricité à petits prix soit 5 cents de dollars canadiens par kWh. Selon Cendrix Bouchard, mandataire d’Hydro-Québec, ces tarifs figurent « parmi les plus avantageux au monde ». Si son entreprise s’est installée dans la région, c’est à cause de cette électricité pas cher, mais surtout du fait qu’il s’agisse d’une énergie renouvelable à hauteur de 99 %. Celui-ci ajoute que les hivers froids de la province optimisent les coûts de refroidissement de data centers.

Sources & crédits Source : frenchweb - Crédit :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Pin It on Pinterest