Facebook veut la reconnaissance faciale sur ses futures lunettes connectées

Facebook discute de l’intégration de la reconnaissance faciale dans sa prochaine gamme de lunettes intelligentes. L’entreprise a notamment soupesé les aspects juridiques et les questions de la confidentialité des données de  cette technologie controversée. 

Des lunettes intelligentes disponibles en 2021 ?

Facebook vante les mérites de ses futures lunettes intelligentes depuis l’année dernière. Le géant des réseaux sociaux affirme que le produit arrivera tôt ou tard en 2021. Conçus en partenariat avec Ray-Ban et sa société mère, Luxottica Group, les gadgets devraient rivaliser avec les produits de ses concurrents Snapchat et Amazon. Ils offriront une expérience de réalité augmentée qui superpose les fonctionnalités numériques aux perspectives du monde réel des utilisateurs.

Facebook, qui possède l’un des plus grands référentiels de photos téléchargées par les utilisateurs, a adopté une approche prudente en matière de reconnaissance faciale. En 2015, il a déployé un système appelé DeepFace. Ce dernier est utilisé pour alimenter des fonctionnalités comme les suggestions de balises photo ou l’identification de personnes sur les images. 

Contrairement à Amazon, qui vend son outil de reconnaissance faciale à d’autres entreprises et entités publiques, Facebook n’a pas commercialisé DeepFace ni ses autres technologies de reconnaissance faciale. L’entreprise souhaite implémenter la technologie de la reconnaissance faciale à ses lunettes intelligentes. La société souligne les multiples utilisations potentielles d’un tel produit pour les personnes malvoyantes par exemple ou celles qui perdent la mémoire

Lunettes intelligentes, reconnaissances faciales et législation

 

Facebook dit vouloir produire des lunettes de réalité augmentée, mais le projet n’en est qu’à ses débuts. Dans ce projet, la reconnaissance faciale pourrait être le problème le plus épineux. Les gens peuvent-ils refuser la reconnaissance de leur visage ? Qu’en est-il des risques potentiels de la reconnaissance faciale  dans le monde réel, comme les harceleurs ? Ce sont autant de questions que se posent les futurs consommateurs.

Facebook affirme comprendre les problèmes de confidentialité liés à la reconnaissance faciale, une technologie qui, selon les experts, peut porter atteinte à la vie privée des individus. Mais l’entreprise déplore la législation actuelle, notamment la loi sur la confidentialité des informations biométriques de l’Illinois (BIPA). 

Celle-ci empêche les entreprises privées de collecter et de stocker des données biométriques comme les scans de visage sans le consentement des gens. Facebook considère cette loi adoptée en 2008 comme obsolète. L’année dernière, Facebook a été condamné à payer 650 millions de dollars de dommages pour avoir enfreint le BIPA avec sa fonction de marquage de photos. La question de la reconnaissance faciale sur les lunettes intelligentes de Facebook restent donc en suspend.