Où se dirige Red Hat à l’heure actuelle ?

IBM est actuellement dans une « excellente » voie de succès, selon toute autre norme. C’est notamment dédié au développement incroyable de sa division autonome Red Hat.

Red Hat, une forte croissance pour IBM

Sous la direction de son nouveau CEO Matt Hicks et son président du conseil d’administration Paul Cormier, IBM vient d’enregistrer sa plus forte croissance des ventes en 10 ans. Son chiffre d’affaires lié au cloud hybride a également bondi de 18 % pour atteindre 5,9 milliards de dollars. Au fait, une grande partie de tout cet essor est due à sa division autonome Red Hat. Une augmentation de ses ventes d’un pourcentage de 12 % est indéniablement bonne selon toutes les normes.

Des dirigeants qui assurent

Matt Hicks travaille chez Red Hat depuis 2006. Il a alors affirmé que la société continuera d’appliquer les principes fondamentaux qu’elle s’est posée depuis maintenant 20 ans. La combinaison de Linux, de logiciels open source et d’un support de premier ordre, « continue de jouer sur de nouveaux marchés », explique-t-il toujours. Et ce, qu’il s’agisse bien du passage au cloud et aux services de cloud ou à l’edge computing. Red Hat se focalisera alors pour les deux prochains trimestres à l’exécution. Dès lors, en ce moment il y a un grand élan autour du cloud hybride ouvert. Il est vrai que le rôle de Matt Hicks est beaucoup plus actif que celui des autres présidents. Cependant, il est prêt à relever le défi.

Paul Cormier quant à lui, vise à devenir le premier président de Red Hat à avoir un bureau ici. Le président tâchera de développer les initiatives de l’organisation en matière d’informatique hybride. D’ailleurs, selon lui, Red Hat est la première société de logiciels à commencer à battre le tambour pour le cloud hybride. Paul Cornier va donc collaborer avec beaucoup de clients et partenaires avec qui il a déjà travaillé. Mais cette fois, il va les aider plus intensément à adopter l’architecture hybride. « Je vais diriger notre conseil consultatif stratégique et travailler avec l’équipe de direction dans un rôle consultatif, mais je serai également très axé sur les clients », note-t-il.

Red Hat continuera d’investir dans la sécurité

Concernant Red Hat et CentOS, Matt Hicks a répondu à ZDNet que c’était notamment un changement nécessaire. Selon ses croyances, indique-t-il, c’est le cycle de contribution qui fait fonctionner l’open source. Et pourtant, ce n’était pas le cas avec CentOS.

Red Hat poursuivra donc de montrer la voie en matière de sécurité de Linux et de l’Open Source. Matt Hicks a expliqué que Red Hat continuera à beaucoup investir dans la sécurité. Selon lui, c’est la base sur laquelle la société a été construite. « Le fait que vous puissiez obtenir des innovations à code source ouvert et les déployer en toute confiance. Rien n’a changé à cet égard, si ce n’est que nous sécurisons certainement beaucoup plus de logiciels aujourd’hui », a expliqué le CEO de l’entreprise.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Pin It on Pinterest