Accueil > Dossiers > VPS, serveur dédié virtuel : définition, fonctionnement et avantages
virtual dedicatd server serveur dédié virtuel vps vds définition

VPS, serveur dédié virtuel : définition, fonctionnement et avantages

Un serveur privé virtuel, aussi appelé Virtual Private Server (VPS) ou Virtual Dedicated Server (VDS) en anglais, est un serveur virtualisé sur un serveur physique qui regroupe de nombreux serveurs virtuels. Découvrez la définition, le fonctionnement, les avantages et inconvénients du VPS, ainsi que les critères à prendre en compte lors du choix d’un fournisseur. 

Un serveur privé virtuel est un équipement offrant concrètement les mêmes possibilités qu’un serveur dédié. Toutefois, l’ordinateur où se trouve le serveur regroupe de multiples serveurs virtuels. Chaque VPS installé sur l’ordinateur fonctionne avec son propre OS et fait tourner un logiciel d’hébergement pour un utilisateur spécifique.

Serveur dédié virtuel (VPS) : comment ça marche ?

Les fournisseurs de Virtual Private Servers utilisent des logiciels de virtualisation, aussi appelés hyperviseurs. Ils permettent d’offrir aux utilisateurs un accès à un serveur émulé reposant sur les ressources d’un serveur physique. Ce serveur émulé est appelé machine virtuelle (VM). Chaque machine virtuelle dispose d’un système d’exploitation à part entière, profite d’un accès à une partie de la puissance de calcul, de la mémoire vive et du stockage du serveur physique sur lequel elle se trouve.

Les utilisateurs ont accès au système d’exploitation de la machine virtuelle. Cependant, ils ne peuvent accéder directement au serveur physique. Ainsi, plusieurs utilisateurs peuvent utiliser des machines virtuelles émulées sur le même serveur, mais ne peuvent pas accéder aux machines virtuelles des autres utilisateurs. Ainsi, malgré l’absence de séparation physique, chaque VM se retrouve séparée.

Serveur dédié virtuel : quelle différence avec l’hébergement partagé

Il ne faut pas confondre les VPS et l’hébergement partagé. Pour bien comprendre la différence entre les deux, le plus simple reste de prendre l’exemple de l’immobilier. L’hébergement partagé revient à louer un appartement. L’hébergeur qui détient tout l’espace est comparable au propriétaire de l’immeuble. Le propriétaire loue à la fois les appartements et les espaces communs comme la piscine, les places de parking ou la salle de sport qui sont comparables à la puissance de calcul, à la RAM et à l’espace disque. De leur côté, les habitants partagent ces ressources.

Dans le cas du serveur dédié virtuel, les utilisateurs peuvent être propriétaires de leur appartement. Les espaces communs sont toujours partagés, mais une portion peut être détenue. Cependant, contrairement au locataire d’un appartement (hébergement partagé) le propriétaire doit maintenir lui-même son intérieur et s’occuper des réparations et des modifications. Précisons aussi que le VPS rassemble beaucoup moins de résidents. L’inconvénient majeur ? Le prix généralement plus élevé que l’hébergement partagé. Les utilisateurs doivent aussi posséder des compétences techniques, notamment pour un utiliser un hébergement non géré. Le VPS demande aussi plus de temps et d’efforts, par exemple pour s’assurer qu’il reste stable et sécurisé.

Si l’on compare le VPS avec le serveur dédié, pour filer la métaphore, on pourrait comparer le premier cité à une propriété abordable. L’hébergement dédié se rapproche davantage d’une luxueuse demeure. L’utilisateur est ici propriétaire, est responsable de tout le nettoyage et la maintenance, mais aussi de l’extérieur et du paysage. Une expertise technique est donc indispensable. En somme, le VPS se situe à mi-chemin entre l’hébergement partagé et le serveur dédié.

vps vs hébergement partagé

Serveur dédié virtuel : quels sont les avantages du VPS ?

Les VPS présentent plusieurs avantages par rapport aux services d’hébergement web traditionnels. L’un des principaux avantages est la possibilité d’accéder au système d’exploitation complet du Virtual Private Server. Les permissions root et administrateur ne sont pas restreintes. Ainsi, chaque utilisateur peut configurer son Virtual Private Server selon ses propres préférences et besoins.

L’utilisateur peut aussi opter pour des services additionnels comme un site FTP, un serveur mail, ou des applications spécialisées pour le e-commerce ou le blogging par exemple. Un autre avantage est que les VPS permettent à l’utilisateur d’héberger plusieurs sites web. Les avantages sont donc multiples.

Serveur dédié virtuel : quels sont les inconvénients ?

En règle générale, les VPS servent aux petites entreprises qui recherchent la flexibilité d’un serveur dédié, mais n’ont pas les moyens d’investir dans un tel dispositif. Malheureusement, il possède plusieurs faiblesses par rapport à un véritable serveur dédié.

Tout d’abord, les performances n’atteignent pas celles d’un véritable serveur dédié. Les fournisseurs de serveurs dédiés virtuels ont tendance à limiter les performances des serveurs afin de maximiser le nombre d’unité qu’un serveur physique peut prendre en charge. Même quand il n’y a pas de problème de performances, un serveur dédié virtuel adjacent risque de consommer trop de ressources et de réduire les performances.

Un autre inconvénient des VPS à prendre en compte concerne la sécurité. Ils sont généralement basés sur la virtualisation de serveur, ce qui permet de les isoler les uns des autres. Malgré tout, le risque zéro n’existe pas, et il vaut mieux éviter les environnements partagés.

Serveur dédié virtuel : quels sont les critères à prendre en compte ?

vps critères

Plusieurs critères doivent être pris en compte lors du choix d’un fournisseur VPS. Parmi les principaux critères, on compte le système d’exploitation (Windows ou Linux). Il faut également choisir entre un serveur géré ou non. Si vous ne disposez pas d’un certain niveau d’expertise, il est préférable d’opter pour un serveur dédié virtuel géré. Il est aussi préférable de se renseigner sur la redondance et la scalabilité proposées par le fournisseur.

Comment avoir un VPS gratuit ? Difficile

Bien évidemment, le prix compte aussi parmi les critères les plus importants. Les tarifs peuvent énormément varier d’un Virtual private server à l’autre en fonction des performances et des fonctionnalités proposées. En règle générale, un VPS basique avec 1Go de RAM et 20Go d’espace de stockage coûte entre 8 et 15 dollars par mois. Certains fournisseurs proposent une période d’essai gratuite, ce qui peut être très utile pour vérifier si l’offre correspond à vos besoins.

Vous devrez aussi choisir entre un VPS conventionnel ou un modèle basé sur le cloud. Dans le cas d’un SDV cloud, le serveur physique qui regroupe les serveurs virtuels est en fait composé de plusieurs machines. Le SDV cloud offre davantage de flexibilité car il permet d’ajouter des serveurs au cluster en toute simplicité, et permet également d’ajouter davantage d’espace de stockage au système de stockage centralisé.

Autre critère essentiel : les caractéristiques techniques du VPS qui définissent les performances. La RAM, l’espace de stockage, les restrictions concernant les transferts de données, les distributions, les fonctionnalités de backups, le nombre d’adresses IP proposées ou encore la puissance du processeur doivent correspondre à vos besoins. Enfin, la qualité du service client est à étudier minutieusement.

VPS pas cher : les meilleurs serveurs virtuels

Il existe un grand nombre de fournisseurs de VPS sur le marché, et tous ne se valent pas. Découvrez la liste des meilleurs VPS à travers notre sélection des meilleurs serveurs virtuels.

Namecheap, l’offre VPS la plus simple

Sur un marché des VPS où les offres sont souvent complexes, Namecheap se distingue par sa simplicité. L’entreprise ne propose que deux forfaits différents.

Les prix débutent à seulement 11,74 dollars par mois, ce qui en fait un service plutôt abordable. Pour ce prix, vous profiterez tout de même de 2Go de RAM, deux coeurs de CPU, 40 Go d’espace de stockage, 1000GB de bande passante et d’une IP dédiée. Si vous avez besoin de davantage d’IP dédiées, vous pouvez également les acheter à l’unité pour 2 dollars.

L’inconvénient est que le forfait le moins cher n’est pas géré par l’hôte, et qu’il n’inclue pas la licence cPanel. Il sera donc nécessaire de payer pour ces fonctionnalités supplémentaires. L’offre peut donc se révéler plus chère qu’il n’y paraît de prime abord.

Malgré cela, les nombreuses possibilités de configuration proposées par les VPS Namecheap sont idéales pour les utilisateurs confirmés. Les débutants, en revanche, pourront se tourner vers d’autres options plus adaptées.

InMotion, le VPS sans mauvaises surprises

Vous trouverez sur le marché des VPS de nombreuses options plus abordables que InMotion. Cependant, bien souvent, les fournisseurs dissimulent le prix réel de leurs services en utilisant différentes astuces. Par exemple, les fonctionnalités de backup ou de licence cPanel ne sont pas toujours incluses.

De son côté, InMotion joue la carte de la franchise avec une offre de départ VPS-1000HA-S à 27,99 dollars par mois sur deux ans. Ce prix peut sembler élevé, mais les caractéristiques hardware sont largement supérieures à la moyenne. Vous profiterez ainsi de 4GB de RAM, 75GB d’espace de stockage, 4TB de bande passante, et trois IP dédiées. Les fonctionnalités de backup et la licence cPanel sont incluses, et une garantie de 90 jours est incluse.

De plus, ce service se distingue par une fonctionnalité atypique  » unlocked CPU cores « . Celle-ci permet de répartir la charge de traitement sur tous les coeurs du serveur plutôt que de se contenter d’un ou deux. Les performances sont donc fortement accrues par rapport à la plupart des services. Vous profiterez aussi d’une fonctionnalité  » Launch Assist « , permettant de s’entretenir avec un administrateur pendant deux heures pour faciliter la configuration.

Hostwinds, l’offre VPS la plus variée

hostwinds

Là où certains jouent la carte du minimalisme, Hostwinds au contraire se distingue par une offre particulièrement diversifiée. Au total, le service offre plus de 10 plans différents.

Le moins cher ne vous coûtera que 9,89 dollars par mois. Cependant, avec ce forfait, vous devrez vous contenter de 1GB de RAM, un coeur de CPU, 30GB d’espace de stockage et 1TB de trafic. Il sera possible d’ajouter des fonctionnalités de monitoring de serveur et de backup pour six dollars supplémentaires par mois.

Mieux vaut débuter avec le Tiers Quatre, avec lequel vous profiterez de 6GB de RAM, 100GB d’espace disque, deux coeurs de CPU et 2TB de trafic. Le prix de ce forfait s’élève à 31,49 dollars par mois.

Le dixième et dernier tiers vous permettra de profiter de 96GB de RAM, 16 coeurs de CPU, 750 GB d’espace de stockage et 9TB de trafic pour 339,29 dollars par mois. Vous pourrez donc choisir le tiers idéal en fonction de vos besoins spécifiques.

OVH, le VPS à la française

Si vous préférez opter pour un VPS français, vous pouvez vous tourner vers OVH : le géant français du Cloud. Vous profiterez ainsi d’un service client et de serveurs physiques basés en France.

De plus, les prix sont particulièrement attrayants, avec un plan VPS SSD 1 qui débute à seulement 4 dollars par mois. Pour ce prix, vous profiterez d’un coeur CPU, de 2GB de RAM et de 20GB d’espace de stockage SSD.

Le plan VPS SSD 2 quant à lui permet de doubler la quantité de RAM et d’espace de stockage pour seulement 6,60 dollars. Enfin, le plan VPS SSD 3 permet de doubler à nouveau les chiffres et de bénéficier d’un coeur CPU supplémentaire pour 14,6 dollars par mois.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Send this to a friend