Accueil > Solutions Cloud > Google > Stadia : Google transforme ses Data Centers Cloud en consoles de jeu
google stadia data centers

Stadia : Google transforme ses Data Centers Cloud en consoles de jeu

Google vient de dévoiler Stadia, son service de Cloud Gaming. Pour permettre aux utilisateurs de jouer en streaming aux jeux PC les plus récents, Google s’est associé à AMD pour transformer ses Data Centers en consoles de jeux surpuissantes…

Dans le cadre de la GDC 2019, Google vient de lever le voile sur son service de Cloud Gaming : Stadia. Grâce à ce service, les utilisateurs pourront jouer aux jeux vidéo PC les plus récents en streaming sur un PC, un laptop, un smartphone, une tablette, ou même une télévision.

Il suffira de lancer le service sur le navigateur Chrome ou l’application Android pour commencer à jouer. En visionnant une vidéo YouTube au sujet d’un jeu vidéo, il sera même possible de cliquer sur un bouton  » Play Now  » pour jouer au jeu directement.

Il n’y aura ni temps de chargement ni installation. Les jeux tourneront sur les Data Centers de Google, et seront retransmis en streaming sur l’écran de l’utilisateur via internet. Ainsi, Stadia peut être décrit comme l’équivalent de Netflix pour le jeu vidéo.

Par le passé, de nombreuses entreprises ont tenté de lancer leurs services de Cloud Gaming. Parmi les précurseurs du marché, on peut citer OnLive avec son service lancé en 2010. Malheureusement, à l’époque, les contraintes techniques ont conduit à l’échec du projet. OnLive fut racheté par Sony pour développer son service PlayStation Now, lancé en 2014.

Même les services plus récents peinent à convaincre. Par exemple, LiquidSky est toujours en beta depuis son lancement en mars 2017.

Si le Cloud Gaming est une technologie pleine de promesses, les difficultés sont nombreuses. Le principal problème est que le moindre temps de latence est intolérable, puisque le jeu vidéo doit réagir aux commandes du joueur instantanément.

Or, il est très difficile de supprimer totalement la latence. C’est ce qui a empêché la plupart des services de Cloud Gaming lancés dans le passé de fonctionner convenablement.

Stadia : Google met son infrastructure Cloud au service du jeu vidéo

google cloud infrastructure

Cependant, Google dispose de plusieurs atouts pour lui permettre de réussir là où tous les autres ont échoué. Tout d’abord, il faut rappeler que Google est le créateur de la célèbre plateforme d’hébergement YouTube. Le géant du web sait donc pertinemment quels sont les défis liés à la gestion d’un service sur lequel d’immenses volumes de données sont diffusés en streaming à des millions d’utilisateurs.

Par ailleurs, rappelons que Google compte parmi les leaders du marché du Cloud Computing. La firme de Mountain View est actuellement le troisième principal fournisseur de Cloud public derrière Amazon Web Services et Microsoft Azure.

Elle profite donc d’une expérience de longue date dans le domaine des services Cloud, ainsi que d’une infrastructure solide sur laquelle baser son service. Pour rappel, le Cloud de Google est disponible dans 19 régions, 58 zones et plus de 200 pays / territoires. Seuls Microsoft et AWS pourraient rivaliser en termes de couverture. Au total, Stadia aura accès à 7,500 noeuds edge dans le monde.

Stadia : les Data Centers de Google surpassent la PS4 Pro et la XBox One X grâce au GPU AMD

stadia specs

Pour que ses Data Centers soient en mesure de faire tourner les jeux les plus récents, et de les diffuser en streaming en 4K à 60 FPS aux utilisateurs, Google a équipé ses serveurs Linux de nouveaux GPU custom développés par AMD spécialement pour l’occasion.

Grâce à ces GPU, qui semblent basés sur le AMD Vega 56, les instances Stadia fourniront une puissance de 10,7 teraflops. En comparaison, la PS4 Pro se contente de 4,2 teraflops. La Xbox One X quant à elle est limitée à 6,0 teraflops.

Les CPU quant à eux seront des processeurs x86 custom, cadencés à 2,7 GHz et Hyperthreaded. En termes de mémoire, les instances Stadia offriront 16Go de RAM. La vitesse de transfert pourra atteindre 484 GB par seconde.

Le Cloud peut-il vraiment remplacer les consoles de jeu ?

stadia cloud consoles

En résumé, chaque utilisateur pourra profiter d’une instance dont les caractéristiques surpassent celles des consoles de jeux les plus récentes. Et grâce au vaste réseau de Data Centers de Google, il devrait théoriquement être possible de jouer depuis n’importe quel pays d’Europe de l’Ouest ou des Etats-Unis avec une latence réduite au strict minimum.

Cependant, la fluidité de l’expérience dépendra aussi de la connexion internet de l’utilisateur. Google a d’ailleurs révélé qu’une connexion internet de 30 MB/s sera le minimum pour profiter d’une définition 4K à 60 FPS. Pour jouer en 1080p à 60 FPS, 25 MB/s seront suffisants.

Un autre point faible de Google Stadia concerne le développement de jeux vidéo. Sachant que le service repose sur une infrastructure propriétaire, les développeurs devront obligatoirement adapter leurs jeux aux caractéristiques des autres services Cloud sur lesquels ils souhaitent les porter.

Pour l’heure, le problème n’en est pas un puisque Stadia n’a pas vraiment de concurrents. Toutefois, la concurrence risque d’arriver rapidement, surtout si le service est couronné de succès.

Gare à la contre-attaque de Microsoft

Selon la rumeur, Microsoft s’apprête lui aussi à lancer son service de Cloud Gaming  » xCloud «  en partenariat avec AMD. La position dominante de Microsoft sur le marché du Cloud et son expérience dans le domaine du gaming avec la Xbox risquent fort de causer du tort à Google.

De plus, Microsoft dispose d’une vaste propriété intellectuelle et de nombreux partenaires qui lui permettront certainement de proposer davantage de jeux vidéo sur sa plateforme. Or, lorsque plusieurs services de Cloud Gaming similaires seront disponibles, le catalogue de jeux vidéo sera sans nul doute l’élément qui fera toute la différence.

D’ailleurs, la startup française Blade, qui développe le fameux Shadow PC pour le Cloud Gaming, a réagi à l’annonce de Stadia. Selon son fondateur et président, Emmanuel Freund,  » il est difficile d’apprécier l’intérêt de Stadia pour ses futurs utilisateurs sans prix, sans catalogue et sans date de disponibilité « .

A l’heure actuelle, seuls 2 jeux ont été confirmés pour Stadia : Assassin’s Creed Odyssey, et Doom Eternal. Le lineup de lancement complet sera dévoilé à l’été 2019. C’est à ce moment qu’il sera possible de juger de l’intérêt réel du service, et de son potentiel de résistance à l’épreuve du temps.

Le service Google Stadia sera lancé en Europe, au Royaume-Uni, au Canada et aux Etats-Unis d’ici la fin de l’année 2019. Le prix de l’abonnement n’a pour l’instant pas encore été dévoilé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Send this to a friend