fugaku superordinateur

Superordinateur : le Japon détrône la Chine et les USA avec Fugaku

Le classement Top500 des superordinateurs est occupé cette année par une machine japonaise dénommée Fugaku. C’est la première fois depuis près d’une décennie que le Japon domine la Chine et les États-Unis.

Tous les deux ans, le classement Top500 dresse la liste des superordinateurs les plus rapides du monde. Cette année, la première place est occupée par le supercomputer japonais Fugaku, situé dans la ville de Kobe.

Fruit d’une collaboration entre Riken et Fujitsu, cette machine repose sur le SoC A64FX à 48 coeurs de Fujitsu. Avec une puissance de 415,5 pétaflops, il se révèle 2,8 fois plus puissant que le superordinateur Summit d’IBM qui descend donc sur la seconde marche du podium. C’est la première fois dans l’histoire du Top500 qu’un ordinateur équipé d’un processeur ARM est numéro 1.

C’est également la première fois depuis neuf ans qu’un superordinateur japonais se hisse à la première place du Top500. Le précédent était le K de Riken, prédécesseur de Fugaku.

Le superordinateur Fugaku lutte contre le Covid-19

Depuis lors, cette place de prestige était disputée entre la Chine et les États-Unis qui sont d’ailleurs encore bien présents dans le classement cette année. Au total, on dénombre dans la liste 226 superordinateurs chinois, 114 américains et 30 japonais. Avec une puissance totale combinée de 644 pétaflops, les États-Unis restent néanmoins prédominants.

En parallèle, Fugaku s’érige aussi en première place d’autres classements basés sur des tests sur différents workloads. Il domine notamment le Graph 500, le HPL-AI et le HPCG. Là encore, c’est la première fois qu’une machine conquiert ces quatre classements à la fois.

Fugaku ne sera pleinement opérationnel qu’à partir de l’année prochaine. Cependant, il est déjà utilisé à titre expérimental pour la recherche contre le COVID-19. Dans ce contexte, il sert notamment à réaliser des diagnostics, à simuler la propagation du virus, et à mesurer l’efficacité de la version japonaise de l’application StopCovid.