Que ce passerait-il en France si la Russie autorise le téléchargement illégal?

Le téléchargement illégal légalisé par la Russie : quel impact en France ?

La décision de la Russie d'autoriser le téléchargement illégal d'œuvres occidentales aura inévitablement un impact sur la France.

Il s'agit d'une décision qui aura un impact sur les œuvres des producteurs nationaux. De leur côté, les productions locales n'approuvent pas du tout cette prise de décision. Elles ont alors demandé l'autorisation de copier et de redistribuer un contenu afin d'écarter les plateformes illégales. À titre d'information, les maisons de productions russes et les ayants droit occidentaux avaient un accord sur la distribution illégale des œuvres avant la guerre en Ukraine. Mais qu'en est-il de la France, quel l'impact de l'autorisation du téléchargement illégal par la Russie ?

Plusieurs éventualités, mais rien de très précis

Bien que l'impact de l'autorisation du téléchargement illégal par la Russie soit encore difficile à prévoir, les conséquences de cette décision peuvent être potentielles pour la France.

En premier lieu, l'économie du pays pourrait subir une régression. L'industrie du cinéma génère un nombre d'emplois important partout en France. Et si la Russie décide d'autoriser le téléchargement illégal, on assistera à la disparition de certains emplois, mais aussi à la diminution des recettes fiscales du pays.

En ce qui concerne les industries créatives, elles subiront également une baisse de revenus et perdront des privilèges importants en tant qu'ayant droit. Cela signifie que tous les acteurs du secteur, dont les artistes, les producteurs, les musiciens, les réalisateurs, ainsi que les créateurs de contenu vont perdre une grande part de leur source de revenus. En d'autres termes, leur productivité va diminuer et le contenu produit sera limité.

Au niveau de la protection du contenu, des mesures restrictives pourraient être adoptées. Et parce que le piratage va augmenter en Russie, les autorités françaises se doivent de mettre en place de nouvelles restrictions pour le téléchargement illégal de contenu. Cela pourrait se décliner sous forme de sanctions, de campagnes de sensibilisation, etc.

Quoi qu'il en soit, si la Russie autorise le téléchargement illégal de contenu, et même avec des mesures restrictives mises en place par la France, ce qui est sûr, c'est que le piratage de contenu prendra de l'ampleur. Il y aura toujours des personnes qui vont télécharger illégalement des films, des musiques, des séries, des animes, etc., et le nombre de plateformes gratuites, mais ne disposant pas des droits de diffusion ou de distribution, augmentera en conséquence. Ce qui veut dire que le contenu en ligne sera plus accessible qu'auparavant.

La France va-t-elle relever le défi face à l'autorisation du téléchargement illégal par la Russie ?

À titre d'information, le téléchargement illégal n'est pas autorisé en France. La lutte contre le phénomène va alors se compliquer si la Russie prend la décision d'autoriser cette pratique. Et face à l'apparition de nombreux VPN sur le marché, les Français pourraient facilement accéder à ces plateformes même si les autorités décident de se tourner vers le blocage des sites illégaux.

Malgré tout, la France n'autorise pas l'utilisation d'un VPN (Réseau Privé Virtuel) pour accéder à un contenu illégal, que ce soit pour le visionnage ou le téléchargement d'un contenu en ligne. À ce titre, les législations sur le droit d'auteur restent en vigueur et l'accès à ce type de contenu est synonyme d'infraction et de délit.

Le défi serait alors de pouvoir faire respecter toutes les lois sur le droit d'auteur. Mais aussi de favoriser l'industrie créative, tout en soutenant les créateurs. Cela pourrait se traduire par un pourcentage pour le contenu que les consommateurs souhaitent visionner ou télécharger.

Newsletter

Envie de ne louper aucun de nos articles ? Abonnez vous pour recevoir chaque semaine les meilleurs actualités avant tout le monde.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *