Accueil > Sécurité > L’UE craint qu’Amazon use des données de ses vendeurs pour les doubler
amazon jeff bezos données ue

L’UE craint qu’Amazon use des données de ses vendeurs pour les doubler

L’UE soupçonne Amazon d’exploiter les données de ses vendeurs afin de favoriser les ventes de ses propres produits sur sa plateforme de e-commerce. Si ces soupçons sont avérés, la firme américaine risque une amende pouvant atteindre 10% de son chiffre d’affaires mondial.

Il y a quelques jours, Amazon ouvrait une enquête interne sur des salariés soupçonnés de vendre les données personnelles des utilisateurs à des vendeurs. A présent, c’est au tour d’Amazon elle-même de faire l’objet de soupçons liés à l’exploitation abusive de données.

La Commission européenne vient de lancer une enquête préliminaire sur le géant du e-commerce. Selon la commissaire à la Concurrence Margrethe Vestager, Amazon est soupçonné d’utiliser les données des vendeurs opérant sur son site… dans le but de favoriser les ventes de ses propres produits.

Rappelons en effet qu’Amazon vend ses propres produits sur sa plateforme, tout en laissant des commerçants tiers proposer leurs marchandises. La Commission craint qu’Amazon profite de l’omniscience conférée par son accès aux données des vendeurs tiers pour les concurrencer de manière  déloyale.

L’UE pourrait infliger à Amazon une amende monumentale

amazon amende

Par exemple, si Amazon remarque en analysant les données qu’un produit se vend particulièrement bien, la firme est en mesure de lancer son propre produit similaire. Elle pourrait aussi se servir de ces informations précieuses pour mieux cibler les consommateurs.

Afin d’en savoir plus, et de  » comprendre la situation dans sa globalité « , la Commission européenne annonce avoir envoyé de nombreux questionnaires à divers acteurs du marché. Cependant, Margrethe Vestager précise que l’enquête n’a pas encore été ouverte formellement. Il ne s’agit pour l’instant que de soupçons.

Si ces soupçons sont avérés, toutefois, Amazon risque de se voir infliger une amende colossale pouvant aller jusqu’à 10% de son chiffre d’affaires mondial pour ne pas avoir respecté les règles de la libre concurrence. Pour l’heure, Amazon refuse de commenter cette affaire.

Ce n’est pas la première fois qu’Amazon crée la polémique. En mai 2018, Mozilla avait épinglé la firme au sujet de la confidentialité des données Echo Dot Kids.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Send this to a friend