Accueil > Analytics > L’Allemagne va obliger Faceboook à cesser sa collecte de données
allemagne facebook données

L’Allemagne va obliger Faceboook à cesser sa collecte de données

L’Allemagne s’apprête à ordonner à Facebook de cesser sa collecte de données personnelles, ou tout du moins à modifier ses pratiques en profondeur. C’est ce que révèle le journal Bild.

Tout au long de l’année 2018, Facebook a multiplié les scandales liés aux fuites de données comme l’affaire Cambridge Analytica ou encore le piratage de 50 millions de comptes. Non seulement la firme de Mark Zuckerberg protège mal les données, mais Facebook se livre en plus secrètement à un trafic de ces données.

Suite à ces multiples frasques, l’Allemagne a décidé de durcir le ton. Selon le journal Bild, l’autorité de la concurrence allemande s’apprête à ordonner à l’entreprise de cesser la collecte de certaines données personnelles. C’est notamment la façon dont elle collecte les données sur les utilisateurs d’applications tierces comme WhatsAp et Instagram qui lui sont reprochées.

L’Allemagne dévoilera très bientôt ses mesures contre Facebook

allemagne anti concurrence

Après une enquête menée sur l’entreprise américaine depuis 2015 par l’Office fédéral de lutte contre les cartels, le régulateur a estimé que la firme abuse de sa position dominante sur le marché pour recueillir des données à l’insu de ses utilisateurs. De fait, l’autorité annoncera très bientôt les conclusions de son enquête et les mesures qu’elle compte prendre.

Pour l’heure, on ignore si Facebook sera sommé de mettre en place des actions immédiates visant à changer la façon dont elle collecte les données ou si un délai lui sera accordé. Comme à son habitude, Facebook conteste les accusations et compte fermement défendre sa position.

Cette enquête prouve que les différents Etats membres de l’Union européenne ont décidé de ne plus laisser Facebook et les autres géants du GAFAM moissonner les données de leurs citoyens. Auparavant, la firme a déjà écopé d’une amende de la part du Royaume-Uni et de l’Irlande et s’est attiré les foudres d’une ONG française.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Send this to a friend