Amazon et Microsoft, les deux hyperscalers n’auront pas toujours l’emprise sur le cloud

Le cloud computing compte aujourd’hui de nombreuses entreprises multi-cloud. Parmi les plus grands concurrents de Microsoft et Amazon, on citera IBM, Google et Oracle. Certes, leur part peut être assimilée à des miettes dans le domaine. Toutefois, ces derniers fournissent des efforts qui commencent à être visibles sur le marché du cloud computing.

Les nouveaux intervenants dans le cloud computing

Auparavant, Amazon et Microsoft s’accaparaient l’univers du cloud dans le monde. Cependant, à ce jour, la concurrence commence a ggner du terrain. Cela résulte de « la tendance des entreprises à tirer parti de plusieurs systèmes ». Cette conjecture est favorable pour Google, société mère d’Alphabet. On citera par ailleurs International Business Machine (IBM) ainsi qu’Oracle.

Transiter vers l’approche multi-cloud a, en effet, offert une chance à tous les opérateurs du cloud computing. Ces derniers peuvent ainsi conclure des accords non seulement avec le gouvernement, mais aussi avec d’éventuels clients. Notons que la législation n’est, en aucun cas, un obstacle à cela.

Les consommateurs se ruent vers le multi-cloud

Tom Keane, vice-président d’Azure Global chez Microsoft souligne cette théorie comme quoi tous adoptent le multi-cloud. C’est le cas des commerces au détail, des services de santé, de la finance et autres entités gouvernementales. Pour Clay Magouyrk, vice-président exécutif d’oracle, cette situation n’est qu’une suite logique de l’importance du cloud dans notre vie. Dans la pratique, « 75 à 85 % de l’informatique côté serveur est stockée dans l’informatique sur site » ajoute-t-il.

Gartner a réalisé une étude, l’année dernière, sur le comportement des consommateurs finaux du cloud, Cela a permis de dégager le fait que 76 % de ces derniers n’utilisent pas qu’un seul fournisseur cloud. Cette tendance est à même de croître en ce moment.

D’après Will Grannis, DG du bureau du CTO de Google Cloud, cette situation serait en grande partie due au fait que les clients ont aujourd’hui plus de choix. Ce n’était pas le cas il y a cinq ans, où une minorité dominait sur le marché. Cela démontre à quel point la technologie a évolué. N’oublions pas que l’industrie tech a connu un bond considérable à partir de 2016. Le domaine a même été sacré « roi de Wall Street » grâce au cloud.

Les deux entreprises non ébranlées par la nouvelle tendance

Grannis, lui soutient l’idée qu’en se tenant à un seul fournisseur, on devient « redevable à sa technologie ». Celui-ci n’est cependant pas le seul analyste à avoir reconnu l’impact du multi-cloud sur les deux leaders que son Microsoft et Amazon. Néanmoins, l’émergence des nombreux rivaux n’occasionneront pas un changement significatif sur leurs parts de marché. Il en est de même pour leurs revenus qui ont déjà atteint 396 milliards de dollars cette année. Selon les estimations, ces chiffres frôleront 482 milliards de dollars en 2022. AWS gardera sa première place en raison « des coûts élevés de suppression et de remplacement des systèmes déjà existants ».

Sources & crédits Source : marketwatch - Crédit :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest