ambient computing

Ambient computing : Tout savoir sur cette pierre angulaire de l’IoT

L’ambient computing englobe les appareils connectés et leur utilisation en synchronisation avec notre vie quotidienne. Sans que l’on rende compte de leur importance, ces petites choses nous aident beaucoup. Avec l’essor des objets connectés, l’ambient computing est devenu incontournable dans la société moderne.

Ambient computing ou informatique ambiante signifie qu’on jouit de ces objets connectés et de leurs bienfaits dans notre quotidien. Si Alexa ou Siri sont disposés à nous répondre, c’est parce qu’il y a un flux de données reçues et analysées. Ce flux de données permet, par le biais de l’intelligence artificielle, d’assister les humains dans divers domaines. Mais qu’est-ce qu’on doit savoir sur cette expression ? Tour d’horizon !

Comment se définit l’ambient computing ?

L’ambient computing décrit l’environnement où les appareils informatiques dotés de l’IA, les données participent à notre vie quotidienne sans que l’on n’y intervienne directement. On a inventé cette expression dans les années 1990. Ce n’est que deux décennies après qu’elle a pris son ampleur. Google, HP et les autres firmes de la Silicon Valley ne l’ont utilisé que vers la fin des années 2010.

A la base, l’expression « ambient computing » combine matériel, logiciels et expérience utilisateur, sans négliger la machine learning. Elle peut alors signifier l’envie d’utiliser tous ces appareils connectés sans toutefois les utiliser consciemment. Tout cela semble invisible et banal, mais l’ambient computing est synchronisé avec nos activités. On fonctionne avec lui avec une certaine symbiose.

A la maison comme au travail, ces objets connectés deviennent le prolongement de notre corps, de notre esprit. Aussi, on n’est plus nécessairement obligé de s’asseoir pour démarrer un ordinateur, on n’a plus besoin d’aller vers l’interrupteur pour allumer ou éteindre la lumière.

L’ambient computing, comment l’expliquer ?

L’intelligence artificielle et l’apprentissage automatique sont des prolongements de l’imagination humaine. Autrefois, ces notions étaient perçues comme de la science-fiction. Aujourd’hui, on vit avec l’AI/ML dès le réveil, et même quand on est couché, notamment lorsqu’on vit dans une maison connectée. Voici comment expliquer ce qu’est l’informatique ambiante en quelques étapes :

L’IoT ou Internet des objets

L’IoT est un écosystème d’objets intelligents qui sont dotés de capteurs, avec lesquels ils collectent des tas de données sur leur environnement. La communication entre ces appareils est pourtant limitée, de même pour leur communication avec les hubs centraux. Toutefois, ils peuvent envoyer des données dans le cloud en vue d’une utilisation ultérieure.

L’AI/ML

L’intelligence artificielle permet d’analyser des données au sein des IoT et d’agir en conséquence. Quant à l’apprentissage automatique, il apprend à discerner les bonnes combinaisons des mauvaises. Ainsi, au fil du temps, grâce à la machine learning, l’intelligence artificielle devient très précise. Cette précision lui permet alors de prendre des décisions importantes.

Cette combinaison est intégrée dans les IoT afin qu’ils puissent agir d’une manière similaire aux humains. Exemples : ouvrir le rideau le matin au réveil, allumer la lumière à la nuit tombée, alerter le propriétaire lorsqu’une caméra aperçoit un intrus, etc.

L’intégration transparente

L’ambient computing n’a pas raison d’être sans cette transparence. En effet, elle définit l’action silencieuse de ces objets, sans que l’on ne se rende compte de leur importance dans la vie. Par exemple, aujourd’hui, les sonnettes vidéo Ring équipées d’Alexa peuvent faire plus que répondre. Celles-ci sont capables de détecter une présence humaine et de demander la raison de la visite.

L’ambient computing à l’heure actuelle

Idéalement, c’est la maison intelligente qui nous fait profiter de l’ambient computing. Cependant, beaucoup d’objets connectés nous font vivre cette ère. Le thermostat intelligent Nest, par exemple, il est capable de savoir quand les personnes à l’intérieur de la maison sont en activité par le biais des capteurs de mouvement. Ce qui lui permet d’ajuster les horaires de réchauffement et de refroidissement.

Les écouteurs sans fil Airpods d’Apple sont aussi des exemples concrets. Ceux-ci disposent de l’option audio spatiale qui ajuste le son selon la position de l’utilisateur sans l’intervention de celui-ci. De même pour les montres intelligentes qui s’adaptent facilement aux personnes âgées. Ces montres connectées surveillent les signes vitaux et peuvent agir suivant la situation comme passer un appel d’urgence par exemple.

Sans parler des robots aspirateurs qui utilisent leurs capteurs et caméras intégrées pour rectifier leur trajectoire et éviter ainsi les éventuels accidents. Il existe beaucoup d’autres objets connectés qui agissent pour notre bien sans avoir besoin d’être commandés.

L’IoT et l’ambient computing

Il est clair que l’ambient computing est étroitement liée à l’Internet des Objets. Ces objets connectés travaillent en harmonie pour permettre aux utilisateurs de vivre une belle expérience.

Alexa d’Amazon, ou Google Assistant de Google nous assistent dans bon nombres de tâches. On leur demande d’allumer la lumière  ou de jouer nos morceaux préférés. La majorité d’entre ces assistants sont discrets et simples. En outre, certains objets connectés sont en réseau entre eux. Ce qui leur permet d’envoyer des données les uns vers les autres.

Par exemple, on peut relier la montre intelligente avec un smartphone ou un assistant vocal. Ou encore, un réfrigérateur intelligent peut aussi vous conseiller sur le compartiment dans lequel conserver tel ou tel aliment. Tout cela pour dire que l’IoT constitue les membres de l’ambient computing, et l’intelligence artificielle, son cerveau.

L’ambient computing dans le lieu de travail

Traditionnellement, on se sert de l’ordinateur ou de la tablette pour effectuer des recherches et recueillir des informations. Avec l’ambient computing, c’est plutôt l’inverse en ce sens que ces appareils anticipent nos actions. Certains d’eux effectuent les recherches à la demande, mais sans interaction.

Déjà, les smartphones et les divers objets connectés sont omniprésents sur les lieux de travail. Ajouté à cela, on assiste aujourd’hui à une course technologique où les grandes marques ne cessent de produire de nouveaux gadgets. L’assistant numérique à commande vocale et l’éclairage sont des exemples concrets. On se dirige sans doute vers ce qu’on devrait appeler un lieu de travail intelligent.

Avoir un lieu de travail intelligent s’avère plus bénéfique puisqu’il y a diminution des coûts. En plus, l’équipe peut se concentrer sur les tâches plus importantes, dans un environnement sain et détendu. Ce qui justifie la présence effective de l’ambient computing, aujourd’hui et dans l’avenir.

La confidentialité constitue-t-elle un blocage ?

Étant donné son fonctionnement, l’ambient computing implique la collecte d’une myriade de données. Ce qui peut parfois entraver aux règles de confidentialité. Une telle préoccupation est perçue comme une sorte de blocage à ce niveau.

La solution la plus pertinente serait de n’autoriser cette technologie qu’avec l’acceptation de l’utilisateur. Parallèlement à cela, il est convenable d’inclure des mesures de confidentialité. Par mesures de confidentialité, on entend les obturateurs de caméra, les commutateurs de micro ou encore l’élimination des données dans le cloud. Ces mesures vont sans doute aller à l’encontre du développement de l’ambient computing, mais l’important c’est d’abord de protéger les utilisateurs.

Sinon, il existe une autre alternative qui consiste à améliorer la puissance de traitement et de stockage de l’IoT. De la sorte, les appareils environnants n’ont pas nécessairement besoin d’envoyer des données vers le cloud pour les stocker. Cette solution reste pour le moment difficile à exécuter. La collecte des données dans le cloud est utile pour les marques à des fins d’analyse.

Quid de son avenir

La communication que les objets intelligents ont pu établir entre eux a permis d’améliorer tant de choses, notamment dans l’utilisation des logiciels de marques différentes. Comme la technologie n’est pas prête de s’arrêter, on va certainement assister à de nouvelles inventions dans les années à venir. La communication entre les objets connectés sera de plus en plus intelligente et fera place à la compatibilité universelle.

L’ambient computing va sans doute s’étendre un peu plus vers d’autres secteurs. Donner une image de ce que cela pourrait être est encore précoce. Ce qui est certain pourtant, c’est que les choses vont devenir plus calmes et plus simples.

Simple signifie ici que les outils que nous utilisons sont capables d’anticiper nos besoins pour les répondre avant même qu’on le demande. Les tâches sont exécutées plus rapidement et en toute efficacité. En plus de cela, les marques peuvent investir encore plus dans l’amélioration de la capacité de stockage et d’analyse de ces objets. Ce qui va nécessairement augmenter la sécurité des données.

Quelques exemples d’application de l’ambient computing

L’ambient computing s’applique dans plusieurs types d’industrie. De nouvelles applications sont également en cours de conception. En voici quelques exemples :

Les équipements industriels

Dans les usines de production, on rencontre des équipements qui disposent de capteurs afin de permettre une surveillance de l’ensemble des équipements de production. Ces capteurs ont pour rôle de détecter toute usure ou tout manque (carburant par exemple). Sans que les humains n’y interviennent, les équipements sont doués pour programmer automatiquement une maintenance, compte tenu des données recueillies.

Les moyens de transports intelligents

A l’heure actuelle, les voitures autonomes sont en vogue. Avec un paramétrage adéquat, ces voitures intelligentes peuvent conduire leurs passagers vers un endroit précis. Elles peuvent également adapter son allure selon le trafic et éviter les dangers sans aucune intervention humaine.

Il existe aussi des trains et des wagons intelligents qui transportent des marchandises. Les wagons intelligents peuvent surveiller le poids, la vitesse, le délai de livraison en vue d’arriver à destination à temps et sans gaspiller de carburant.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Pin It on Pinterest