AWS déploie une nouvelle station satellite terrestre dans une contrée sud américaine

Amazon Web Services annonce publiquement l’ouverture de la dixième station au sol satellitaire rattachée à son réseau.

AWS choisit le Brésil pour sa nouvelle station satellite au sol

C’est au Brésil que tout se passe. AWS, le géant du cloud vient d’entamer la connexion d’une station satellite terrestre dans sa région cloud locale.

Amazon Web Services vient de communiquer l’existence de sa nouvelle station au sol. Celle-ci se basera dans une de ses régions cloud au Brésil, et plus précisément à Sao Paulo.  L’antenne de la station sera, quant à elle, située au Chili à Punta Arenas.

Cette invention a été déployée, pour la première fois par AWS en 2019. L’infrastructure édifiée cette année n’est donc que la dixième station au sol d’AWS. On notera que l’entreprise dispose d’antennes de part et d’autre du continent américain notamment aux Etats-Unis. Citons, à titre d’exemple, Stockholm en Suède, Bahrein, Irlande, Sydney en Australie, Séoul en Corée du Sud, Le Cap en Afrique du Sud et enfin Oregon à Ohio et Hawaï. D’après AWS, d’autres régions feront plus tard l’objet d’une annonce.

L’intérêt de disposer de nouvelles installations

Le développement de la station à Punta Arenas présente de nombreux avantages pour les acteurs de satellites. Ces opérateurs peuvent, désormais, « se connecter à leurs satellites et traiter leurs charges de travail spatiales plus fréquemment ». La société s’explique sur la valeur ajoutée réelle de posséder un site supplémentaire pour la station au sol AWS de l’hémisphère sud. Cela diminue considérablement le temps de latence que l’on observe entre les contacts des satellites en orbite terrestre basse.

A part AWS, Microsoft s’est aussi lancé dans cette voie. Il a même mis en avant sa première station satellite terrestre en colocation. Cela s’est produit dans un data center de Quincy, dans la ville de Washington. De Plus, SES s’est prononcé sur un projet visant à instaurer trois autres installations similaires.

De son côté, Google lui servira d’hébergeur pour les stations au sol SpaceX.

Sources & crédits Source : datacenterdynamics - Crédit :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest