Bataille judiciaire : Google enterre la hache de guerre avec une somme astronomique

Bataille judiciaire : Google enterre la hache de guerre avec une somme astronomique

Google a accepté de payer une somme astronomique pour mettre fin à une affaire de collecte de données sans le consentement des utilisateurs. Cette amende record marque l’issue d’un recours collectif déposé par une quarantaine de procureurs généraux d’État américains. 

Google : une peine d’amende record dans cette bataille judiciaire

Dans une procédure judiciaire opposant Google à une quarantaine de procureurs généraux, le géant de Mountain View a accepté de payer une amende record de 391,5 millions de dollars. Si le règlement est historique, quelle en est exactement la raison ?

En gros, la plainte dénonce une collecte de données illégale effectuée à l’insu des utilisateurs. Cela aurait commencé en 2014, voire plus tôt selon certains experts. Dans tous les cas, Google est accusé d’induire ses utilisateurs en erreur pour obtenir des données de géolocalisation.

Concrètement, Google donne l’impression aux consommateurs qu’ils peuvent refuser d’être suivis. Mais derrière, la société continue de collecter et d’exploiter leurs données de localisation. Et ce, lorsqu’ils utilisent des téléphones Android ou des produits Google (moteur de recherche Google, Google Photos, Google Maps).

Les procureurs généraux ont décidé de porter plainte suite au rapport de l’Associated Press de 2018. Le document a révélé que Google continuait de suivre les données de localisation des personnes même celles qui ont désactivé la fonctionnalité « historique de localisation ». C’était parti pour une longue bataille judiciaire contre Google. Et ils n’étaient pas les seuls à s’attaquer à la société. L’Australie, l’UE entre autres avaient aussi des affaires en cours.

Google finit par accepter de payer une amende 

Au cœur de cette bataille judiciaire, Google assure avoir apporté des améliorations sur le suivi de la localisation des utilisateurs. Un porte-parole de la société explique : « Conformément aux améliorations que nous avons apportées ces dernières années, nous avons réglé cette enquête qui était basée sur des politiques de produits obsolètes que nous avons modifiées il y a des années ».  

Les plaignants déplorent de leur côté un manque évident de transparence de la part de Google. D’ailleurs, dans le cadre de ce règlement, le géant d’Internet est tenu d’apporter plus de transparence dans ses pratiques de collecte de données.

En d’autres termes, Google doit afficher des informations supplémentaires à chaque fois que les utilisateurs activent ou désactivent un paramètre de compte lié à la localisation. La société doit également fournir aux utilisateurs des informations détaillées sur les types de données de localisation qu’elle collecte et sur la manière dont elles sont utilisées. 

Google pour sa part dit introduire des outils de  transparence, notamment pour les données dans Maps et Search. Cela permettra aux utilisateurs d’accéder rapidement aux principaux paramètres de localisation directement à partir des principaux produits Google. La société mettra aussi en place des paramètres faciles à comprendre et lancera les contrôles de suppression automatique.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Pin It on Pinterest