compte création entreprise

Comment ouvrir un compte pour la création d’une entreprise ?

Pour simplifier la création d’une entreprise, de nombreux entrepreneurs se tournent vers des institutions qui peuvent gérer toutes les démarches, y compris l’ouverture d’un compte bancaire. En effet, en déléguant les différentes formalités, ils bénéficient d’un service de qualité tout en gagnant beaucoup de temps.

La création d’une entreprise nécessite le respect de multiples procédures. Parmi ces formalités figurent la rédaction de statuts, le renseignement du formulaire spécifique ainsi que le dépôt du dossier au greffe. Le versement du capital social est aussi une étape essentielle. Sur le web, il existe des plateformes qui aident et accompagnent durant ces étapes. Voici une présentation des acteurs importants de ce marché.

Orange Bank

orange bank

Orange Bank fait partie intégrante du groupe Orange, l’un des principaux opérateurs téléphoniques en France. Créée en 2017, elle offre à ses clients des services bancaires hybrides. En effet, elle se situe entre une néobanque et une banque en ligne, et ce, en conjuguant des offres spécifiques à chacune d’entre elles.

En outre, cette banque hybride affiche des conditions tarifaires compétitives incluant des prestations innovantes. Elle met en place un service client disponible en ligne ou au guichet. Voilà pourquoi elle attire particulièrement les professionnels.

Cependant, Orange Bank reste formelle dans ce sujet. En fait, elle n’autorise pas l’utilisation d’un compte courant individuel pour exercer une activité libérale. Or, la législation française ne demande pas aux auto-entrepreneurs de se servir d’un compte pro pour la création de leur entreprise. À cet effet, de nombreux consommateurs ont ouvert leur compte en déclarant un usage privé pour ensuite le mettre à la disposition de leur microentreprise. Toutefois, ils risquent de se voir fermer leur compte si la banque le découvre.

Cette impossibilité est désolante pour la plupart des futurs entrepreneurs, sachant que les tarifs pratiqués par la banque en ligne paraissent plutôt avantageux. En effet, elle propose 3 formules, à savoir une Carte Standard gratuite qui ne requiert aucune obligation de revenus, une Carte Premium à seulement 4,99 euros par mois et un Pack Premium à 9,99 euros par mois.

Les avantages

  • Conditions de souscription flexible
  • Formule gratuite

Les inconvénients

  • Absence d’offre professionnelle dédiée
  • La carte doit être utilisée trois fois par mois pour rester gratuite.

Shine

Shine fait partie des néobanques professionnels destinées aux auto-entrepreneurs. Elle offre un service complet pour la création d’une entreprise. À cet effet, elle a développé un programme spécifique nommé Shine Start. Ce service tout compris facilite le parcours entrepreneurial en partant de la rédaction du statut à l’ouverture d’un compte bancaire jusqu’au dépôt des fonds. Pour ces derniers, Shine Start attribue le certificat attestant le versement dans un délai de 72 heures seulement.

Pour ouvrir un compte chez Shine, il faut au moins 5 minutes. Il suffit de fournir quelques pièces justificatives. Par ailleurs, Shine répond au besoin des auto-entrepreneurs et des indépendants souhaitant disposer d’un compte pro avec un bon rapport qualité/prix.

En effet, pour la formule intégrale, les frais de création d’entreprise s’élèvent à 119 euros comprenant le dépôt de capital. Ce tarif comprend aussi un abonnement pendant un an à un compte pro. Celui-ci inclut un service bancaire standard, premium et un pack d’assurance.

Pour sécuriser le compte, Shine offre la possibilité d’accéder à des paramètres essentiels. Parmi ces fonctionnalités figurent la possibilité de sélectionner et de modifier le code secret, de choisir la méthode de connexion que ce soit par empreinte digitale ou par code.

Les avantages 

  • Une assistance complète
  • Un service client réactif

Les inconvénients

  • Nombre de transactions limité
  • Les chèques uniquement pour les Premiums

Qonto

Qonto se profile parmi les services bancaires privilégiés des auto-entrepreneurs et des grandes entreprises. Fondé en juillet 2016, cet organisme tente de rendre plus facile la vie des futurs entrepreneurs en les assistant dans toutes les procédures de conception.

En fait, il permet à ces derniers de procéder au dépôt de capital social en quelque minute. D’ailleurs, cette démarche réduit les déplacements auprès de leur notaire ou même de la caisse de consignation. En outre, il faut souligner que Qonto ne constitue pas uniquement une néobanque, mais également un système de suivi des frais et dépenses réels.

L’un des principaux arguments de la néobanque concerne la grande disponibilité de son service. En effet, elle permet d’effectuer un dépôt de capital à tout moment de la journée. Lorsque toutes les conditions requises sont respectées, Qonto délivre le certificat de dépôt dans les 72 heures ouvrables suivant la réception de la somme. À noter que les pièces exigées par Qonto pour l’ouverture d’un compte correspondent aux documents demandés par les institutions traditionnelles lors de la création d’entreprise.

Qonto dispose de plusieurs formules qui s’adaptent au profil des entreprises. Pour autant, la gamme Solo constitue l’offre idéale pour les entrepreneurs qui souhaitent disposer d’un compte abordable et efficace. Grâce à son rattachement à l’ACPR, Qonto jouit d’une légitimité incontestable.

Les avantages

  • Gestion des dépenses et de la comptabilité
  • Prise en charge des chèques et dépôt de ceux-ci

Les inconvénients

  • Contraintes liées à l’offre Solo

Les néo banques

Les néo banques ont séduit de nombreux particuliers. Désormais elles visent les professionnels en leur proposant des solutions adaptées pour les accompagner dans la conception de leur entreprise. Sa particularité tient au fait qu’elle accepte tous les statuts juridiques.

En fait, une néo banque permet de profiter de services plus classiques comme la délivrance d’un RIB, le dépôt des fonds et la gestion du compte professionnel. En outre, elle offre la possibilité d’effectuer des paiements par carte, des virements internationaux. Elle permet également de surveiller les mouvements financiers de l’entreprise en temps réel puis un smartphone

Il est important de noter que l’ouverture du compte se fait sur le site ou via l’application. À cette fin, il faut renseigner le formulaire et attacher les pièces demandées suivant l’activité. 

La validation du compte se fait généralement après quelques jours. Par la suite, une carte bancaire et un RIB seront délivrés. Étant donné que toute la démarche se déroule en ligne, cela permet de gagner beaucoup de temps sans devoir se déplacer pour effectuer les différentes formalités. Par ailleurs, les néo banques jouissent d’une interface ergonomique et accessible à tout instant et en tout lieu.

Les avantages

  • Expérience utilisateur optimale
  • Des frais plus faibles

Les inconvénients

  • Absence d’agences physiques
  • Des offres bancaires limitées

Les banques en ligne

Ouvrir un compte auprès d’une banque en ligne procure trois grands avantages. Notamment des économies, de la flexibilité et des services supplémentaires. En fait, les commissions appliquées par ces institutions sont en général beaucoup plus réduites par rapport aux tarifs pratiqués par les banques traditionnelles. 

De plus, elle dispose de services complémentaires nécessaires à la création d’entreprise. Parmi ceux-ci, le dépôt en ligne des fonds, la préparation des procédures d’immatriculation ainsi que la gestion des comptes. Il faut par ailleurs souligner que la création d’un compte bancaire ne peut se faire que dans le cas où l’entreprise dispose de statuts légaux.

Avant d’ouvrir un compte professionnel en ligne, il faut faire un point complet sur les besoins de l’entreprise. En effet, en fonction du type d’activité exercée et du nombre d’employés, le choix de la banque va être influencé. Ensuite, il faut obligatoirement faire une comparaison entre les différentes institutions existantes. Une fois le choix effectué, il faut fournir les pièces demandées par l’établissement. 

En général, il faut prévoir une pièce d’identité du gérant et la preuve que la société a été bien immatriculée. Par la suite, vous devrez fournir la preuve de l’enregistrement de la société. Enfin, il faut présenter une attestation d’occupation du siège social.

Les avantages

  • Un service 100 % numérique 
  • Les démarches sont instantanément réalisables

Les inconvénients 

  • Aucun mécanisme de financement pour les entreprises
  • Insécurité par rapport aux banques traditionnelles

Legalstart

Legalstart fait partie des legaltechs visant à assister les entrepreneurs lors de la création de leur entreprise. Elle les aide à gérer leur activité, mais aussi à réaliser toutes leurs formalités administratives et juridiques. 

Cette institution permet de profiter pleinement des prestations administratives disponibles en ligne. Cela va de la rédaction des statuts d’une société au recrutement de salariés, sans oublier les démarches juridiques dont un entrepreneur a besoin quotidiennement.

Pour créer une entreprise sur la plateforme, il faut remplir le formulaire en ligne. En fait, ce dernier aidera à monter le dossier nécessaire. De fait, il faut fournir tous les renseignements demandés, comme le statut juridique de la société. Par ailleurs, la rédaction de ce dernier sera automatisée. Après cette étape, un formaliste va vérifier les documents soumis pour garantir leur authenticité.

Ensuite, Legalstart va se charger de suivre les étapes de l’enregistrement de la société auprès du greffe du tribunal, en tenant compte des informations fournies dans le formulaire en ligne. À ce titre, un fichier numérisé regroupant tous les éléments du dossier sera adressé pour une soumission anticipée auprès des instances compétentes. Par la suite, au terme de la procédure, l’entrepreneur va recevoir la validation du sont dossier accompagné de son extrait Kbis ainsi que d’un numéro Siren.

Legalstart se distingue par ses tarifs compétitifs, en raison de sa collaboration avec une banque en ligne. Cette plateforme propose 3 formules. La formule Starter totalement gratuite permet aux entrepreneurs de réaliser eux-mêmes toute la procédure de conception. La souscription au compte Standard au prix de 129 euros HT offre la possibilité de se libérer de toutes les étapes pour la création de l’entreprise. Quant au forfait Premium, il assure un traitement prioritaire des dossiers. D’ailleurs, ce dernier est tarifé à 249 euros.

Les avantages

  • Offre complète en matière de services juridiques
  • Une vaste gamme de ressources gratuites

Les inconvénients

  • Les services proposés manquent de lisibilité

Quel statut choisir entre SAS et Autoentrepreneur ?

La plupart des entrepreneurs qui souhaitent créer leur propre entreprise hésitent parfois entre deux statuts, à savoir la SAS ou l’auto entrepreneur.

Par ailleurs, il faut savoir que le régime de l’auto-entrepreneur est un statut applicable à toutes les personnes physiques qui ont créé leur propre entreprise. Celui-ci peut avoir une activité libérale, commerciale, ou artisanale.

Quant à la SAS, elle désigne la Société par Actions Simplifiée. Il s’agit d’une entreprise commerciale ayant au moins deux associés. Ces derniers ont la particularité d’avoir des obligations limitées à leurs apports et ont la possibilité de solliciter un cofinancement.

Pour être plus claire, la société par actions simplifiée représente une entité juridique soumise aux conditions et aux règles des entreprises commerciales. De ce fait, elle doit se conformer à la totalité des dispositions courantes des sociétés citées dans le Code civil et à celles contenues dans le Code de commerce.

Le statut social

Pour chaque statut, il existe un régime social propre. De fait, le gérant de la SAS se considère comme un travailleur assimilé. Il est par conséquent affilié au système de protection sociale au niveau d’une caisse de retraite des cadres. En revanche, comme l’auto-entrepreneur est un indépendant, celui-ci est affilié à la caisse primaire d’assurance maladie.

Fiscalité sur les revenus

Le salaire dont bénéficie le responsable de la SAS est assujetti à l’impôt sur le revenu des personnes physiques (IRPP). Les profits générés par l’entreprise sont soumis à l’impôt sur les sociétés. En revanche, les bénéfices réalisés par la microentreprise sont imposables uniquement à l’IRPP.

Les procédures pour le dépôt de statuts

Après avoir choisi entre les deux statuts mentionnés ci-dessus, le futur entrepreneur est amené à rédiger les statuts de sa société. Cette démarche régit et encadre le fonctionnement global de la compagnie, et en particulier les décisions à prendre. En signant les statuts, il faut régulariser tous les engagements pris au nom de la compagnie dans sa phase de création.

En outre, il faut ouvrir un compte professionnel pour verser les fonds sociaux. Une preuve de ce dépôt va ensuite être délivrée. Cette attestation est demandée au moment de la procédure d’enregistrement. Pour faire connaître au public la création de l’entreprise, il faut diffuser une déclaration dans un Journal d’Annonces Légales (JAL).

Pour que l’existence de la société soit légale, il faut remplir les démarches d’immatriculation au RCS ensuite adresser au greffe du tribunal de commerce concerné un dossier complet. Celui-ci doit contenir un ensemble de documents et surtout un chèque destiné à payer les frais de greffe.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Pin It on Pinterest