Une cyberattaque peut paralyser l’Angleterre et la France, selon ce rapport terrifiant

Une cyberattaque d’ampleur mettrait à genoux l’Angleterre et la France. Ce rapport britannique alerte sur la faiblesse de nos défenses contre les cybermenaces.

C’est un rapport très alarmant que cette commission mixte britannique a publié la semaine dernière. Une cyberattaque de ransomware ciblerait l’Angleterre et la France, leurs défenses respectives n’y pourraient rien. Une remise à niveau d’ampleur est indispensable.

La cyberdéfense, pas une priorité du ministère de l’Intérieur…

La Joint Committee on the National Security Strategy (JCNSS) estime que le ministère de l’Intérieur ne doit plus prendre en charge la gestion de la lutte contre les attaques de ransomware. Il est vital de rapidement déléguer cette mission au Bureau du Cabinet, insiste la commission mixte parlementaire dans son rapport.

Le document met en exergue l’incompétence du ministère de l’Intérieur britannique. La JCNSS reproche à l’instance de privilégier d’autres enjeux politiques moins urgents. Parmi ces enjeux politique d’ampleur moindre, il y a notamment la lutte contre l’immigration illégale et les petites embarcations remplies de clandestins.

C’est un peu le cas de la France depuis plusieurs semaines. Rappelons que notre ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, veut faire passer le nouveau projet de loi sur l’immigration. Il ne parle pratiquement jamais de la cybersécurité.

Cyberattaques de ransomware contre les défenses obsolètes de l’Angleterre et de la France

Rappelons que le ransomware est une forme de cyberattaque où les hackers infiltrent un système pour ensuite en bloquer l’accès. Les données et les fichiers ne deviennent plus accessibles. Les pirates demandent alors une rançon pour tout débloquer.

Pourquoi ce type de cyberattaque paralyserait l’Angleterre ou la France ? Les frameworks actuels du Royaume-Uni sont simplement inadaptés et obsolètes. La commission mixte parlementaire met notamment en garde sur l’exposition aux ransomwares des parties considérables des infrastructures nationales sensibles.

Si ces secteurs sont exposés, c’est parce qu’ils reposent encore sur des systèmes informatiques dépassés. D’autre part, la JCNSS reproche aux autorités de ne pas avoir suffisamment investi en matière de cybersécurité, malgré les mises en garde.

Le National Cyber Security Centre (NCSC) alerte souvent sur les dangers des ransomwares. Ces derniers peuvent provenir de la Russie, de la Corée du Nord ou de Chine.

Le Royaume-Uni, fortement ciblé par les cyberattaques

Dans son rapport, la Commission mixte parlementaire urge les autorités britanniques à s’entretenir avec le NCSC. Ce briefing aura pour objectif d’aboutir sur des mesures à prendre pour défendre le pays contre les cyberattaques.

Les prochaines élections générales en approche motivent cette initiative de la JCNSS. Des forces étrangères pourraient notamment perturber ce processus démocratique. « Le Royaume-Uni a la particularité d’être l’un des pays les plus ciblés par les cyberattaques », a déclaré la présidente de la commission, Dame Margaret Beckett.

Malgré les critiques lui étant adressées, le ministère de l’Intérieur britannique se dit satisfait de la publication de ce rapport. Mais pour l’instance chargée de la sécurité, les défenses du pays sont à niveau.

« Le Royaume-Uni est bien préparé à répondre aux cybermenaces et a pris des mesures fortes pour renforcer ses défenses, en investissant 2,6 milliards de livres dans le cadre de sa stratégie de cybersécurité », a indiqué un porte-parole du ministère.

Newsletter

Envie de ne louper aucun de nos articles ? Abonnez vous pour recevoir chaque semaine les meilleurs actualités avant tout le monde.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *