Cybersécurité — Blueteam : tout ce que vous devez savoir

Étant un membre précieux du service cybersécurité d’une entreprise, la Blueteam se charge des mesures de protection lors des tests d’intrusion. Elle sera alors l’adversaire de la Redteam lors de ces procédures.

La Redteam et la Blueteam sont les piliers de la cybersécurité. Ces deux équipes mettent à l’épreuve le système de protection d’une entreprise. Leur objectif est simple : perfectionner la sécurité informatique par tous les moyens possibles. La Redteam prend alors le rôle d’attaquant, et la Blueteam sera la défense des serveurs. Cette approche est très efficace, car ces professionnels peuvent identifier toutes les failles du système de sécurité.  

Blueteam : définition

La Blueteam joue le rôle de protecteur des données dans le domaine de la cybersécurité. Cette équipe met ses compétences à l’épreuve pour sécuriser les renseignements face aux attaques simulées de la Redteam. Leurs approches se concentrent alors sur la préparation des systèmes de défense.

Ces spécialistes identifient les éventuelles lacunes dans le protocole de sécurité. Ils évaluent aussi l’efficacité des protections face aux menaces. Et en cas de piratage informatique, la Blueteam organise une riposte rapide pour les esquiver.

Quelles sont les missions de la Blueteam dans la cybersécurité ?

L’équipe bleue (blueteam) est tenue d’établir des stratégies efficaces pour défendre les données d’une entreprise. Et pour arriver à cet objectif, ces professionnels ont plusieurs missions.

Pour commencer, ils doivent faire une surveillance continue des systèmes de sécurité dans l’intention d’étudier les failles. Dans certains cas, la Blueteam mène aussi une évaluation complète de la cybersécurité. Cette mission implique des recherches approfondies afin d’identifier les moindres menaces.

Ensuite, la Blueteam doit riposter aux attaques simulées de la Redteam. Après ces tests, l’équipe de protection doit analyser les résultats, et rédiger un rapport détaillé. Ce dernier sera la base d’un protocole de sécurité infaillible.

Par ailleurs, cette équipe de professionnels intervient aussi après un piratage informatique. Ici, les membres mènent une enquête efficace pour améliorer le système de sécurité. Toutefois, ils seront aidés par plusieurs spécialistes de la cybersécurité.

Quels sont les objectifs de la Blueteam dans le secteur de la cybersécurité ?

Anticipation de toutes les menaces possibles

Pour atteindre cet objectif de cybersécurité, la Blueteam doit accomplir plusieurs tâches. Elle doit d’abord identifier les failles du système de sécurité. Cette approche permet de déterminer les menaces correspondantes à chaque vulnérabilité recensée.

Par ailleurs, l’équipe pourra aussi mieux anticiper les dangers après les attaques simulées de la Redteam. Ici, les membres de la Blueteam peuvent évaluer la résistance du système de sécurité en se basant sur les intrusions listées, et les défenses réussies. Tous les résultats seront ensuite compilés pour monter un protocole précis.

Surveillance permanente du système de sécurité

Une Blueteam digne de ce nom doit faire des audits de sécurité périodique. Cette stratégie est nécessaire pour noter la performance des mesures en vigueur.

Ici, l’équipe pourra se baser sur l’outil OSSIM. Ce dernier permet de surveiller les activités, de détecter les incursions, et d’évaluer l’étendue des menaces. D’autres outils sont très efficaces pour une approche directe. Suricata est la référence pour définir les activités malveillantes. Par ailleurs, GRR Rapid Response est de mise pour une enquête à distance après une intrusion.

Après une tentative de piratage, la Blueteam peut aussi utiliser un pare-feu spécifique comme pfSense. Ce dernier permet de récupérer les données, tout en renforçant le système de sécurité.

Formation et informations des employés

Comme la Redteam, la Blueteam doit aussi former les employés concernant des branches spécifiques de la cybersécurité. Mais cette équipe a une approche assez particulière. Par exemple, les membres vont lancer des campagnes d’e-mails phishing sur les ordinateurs. À noter que cette simulation n’a aucun impact sur les données de l’entreprise.

L’outil GoPhish est la référence durant ce processus. Toutes les activités en rapport avec cette modélisation seront enregistrées. Le but est d’évaluer le comportement des employés face aux mails inhabituels. Ainsi, il sera plus facile d’établir une stratégie efficace.

Après cette campagne, le Blueteam va sensibiliser et former les employés sur les cybermenaces. Cette approche contribue à l’amélioration de la vigilance.

cybersécurité blueteam

Quelle différence avec la Redteam ?

Les deux équipes sont essentielles pour renforcer la sécurité informatique. Certes, leurs missions sont très différentes. Toutefois, leurs tâches se complètent pour arriver à cet objectif commun.

La Redteam, connue comme une équipe de hackers éthiques, va tenter de pénétrer dans les serveurs d’une entreprise. Ils utilisent plusieurs techniques pour atteindre ces données. Et ces attaques simulées ne s’arrêtent pas dans le secteur informatique. En effet, la Redteam peut aussi utiliser la manipulation psychologique pour fragiliser la vigilance des usagers. Toutes ces méthodes sont destinées à exploiter les moindres failles.

La Blueteam doit alors déployer toutes les mesures de protection pour contrer la Redteam. Avant les attaques simulées, cette équipe doit analyser toutes les activités en rapport avec les données. Les membres de la Blueteam se basent avant tout sur des outils techniques. Mais dans certains cas, ils doivent collecter des informations venant des utilisateurs afin de déceler les procédés d’ingénierie sociale de la Redteam.

Cette longue procédure est nécessaire pour établir un plan de défense efficace contre les hackers. Comme quoi, la Blueteam et la Redteam sont les piliers de la cybersécurité. Après des attaques simulées, et des protections réussies, ces équipes peuvent se préparer à toutes les tentatives de hackers. Toutefois, il faut toujours actualiser les méthodes utilisées pour mieux contrer ces pirates informatiques.

Les outils utilisés par la Blueteam

De la détection des menaces à la surveillance du réseau, la Blueteam exploite une panoplie d’outils. Ces derniers se complètent afin d’atteindre les objectifs de l’équipe. En plus des outils de bases, les professionnels de la Blueteam utilisent aussi d’autres logiciels spécifiques :

Zeek

Cet outil se focalise sur la surveillance des activités dans un réseau. L’utilisateur peut créer un journal personnalisé en cas de besoin. Il pourra y lister les échanges de fichiers, et même les contenus de ces derniers.

ThreatHunting

Ce deuxième outil permet de baliser les recherches des contenues malveillants. En effet, ThreatHunting est capable d’activer des indicateurs d’analyses pour alléger les missions de la Blueteam.

Maltrail

Les spécialistes de la Blueteam utilisent cet outil pour sa fonctionnalité particulière. En effet, Maltrail se base sur un système de liste noire pour détecter les activités malveillantes.

Yara

C’est aussi une référence dans la prévention des menaces. Yara peut identifier et classer les logiciels malveillants.

Joe Sandbox

L’outil se base sur le Machine Learning pour détecter les contenus phishing. L’analyse est alors plus précise, et plus efficace.

ModSecurity

Ce pare-feu est destiné aux applications web. Il s’occupe surtout des accès, et aussi de la sécurité des APK.

cybersécurité blueteam

 Exercer dans le domaine de la cybersécurité : comment devenir un membre de la Blueteam ?

Les formations nécessaires

Pour commencer, le postulant doit avoir un baccalauréat scientifique. Il doit ensuite intégrer une école spécialisée dans le milieu. Un bac + 5 en cybersécurité permet d’accéder à une Blueteam. L’intéressé doit se concentrer sur le domaine du réseau ou sur la sécurité informatique tout entière.

Par ailleurs, un diplôme en langue anglaise est aussi recommandé pour exercer dans le secteur. Avec cette compétence, le spécialiste aura plus de facilité à échanger avec les autres professionnels dans le monde de la cybersécurité.

Focus sur les compétences

Un membre de la Blueteam doit avoir une maîtrise totale des stratégies de sécurité en vigueur. Cette compétence est nécessaire pour mieux comprendre les mesures de protection d’une entreprise. Par ailleurs, ce spécialiste doit identifier les menaces en fonction de leur gravité. Il pourra alors préparer des ripostes adaptées à chaque attaque informatique.

Le système DNS est aussi le terrain de jeu d’un membre de la Blueteam. Cette connaissance est de mise pour prévenir les attaques phishing, ou les autres tentatives d’intrusion dans les serveurs. Et pour terminer, l’intéressé doit maîtriser tous les outils de la Blueteam.

Et les rémunérations ?

Comme tous les métiers de la cybersécurité, un membre de la Blueteam peut bénéficier d’une rémunération lucrative. Un débutant dans le secteur gagne en moyenne 3050 euros par mois. Toutefois, ce salaire peut augmenter jusqu’à 5400 euros mensuels dans certaines entreprises. Au bout de deux ans d’exercice, le professionnel peut amasser 6000 euros par mois. En fin de carrière, le salaire sera de 8200 euros mensuels. Bien sûr, il y a des variations en fonction de l’entreprise, de la ville d’exercice,, ou même du pays.

Blueteam : les évolutions de carrière dans le secteur de la cybersécurité

Un membre junior de la Blueteam peut pratiquer d’autres métiers dans le domaine de la cybersécurité. Il pourra gravir les échelons pour devenir un chef d’équipe Blueteam. Il aura plusieurs spécialistes sous sa supervision. Le professionnel peut atteindre ce niveau en 3 à 5 ans d’exercice.

Toutefois, il est aussi possible d’œuvrer comme consultant en cybersécurité. Ici, l’expert va collaborer avec d’autres entreprises pour améliorer leur système de sécurité. Le consultant a alors deux choix : travailler en indépendant ou au sein d’une agence de cybersécurité. Dans les deux cas, une expérience dans le domaine de la sécurité informatique est obligatoire.

Newsletter

Envie de ne louper aucun de nos articles ? Abonnez vous pour recevoir chaque semaine les meilleurs actualités avant tout le monde.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *