dark web vaccin covid

Dark Web : les vaccins COVID-19 se vendent comme des petits pains

Sur le Dark Web, les publicités mensongères pour les vaccins contre le COVID-19 se multiplient. Pour les vendeurs de produits illégaux, la pandémie a créé un marché plus lucratif que le deal de drogues et de données volées…

Black Friday : -75% sur le stockage à vie 500Go et 2To chez pCloud 🤑

Les forums et marchés clandestins du Dark Web sont fréquentés par une large variété d’individus. Certains viennent simplement faire du commerce et gardent une certaine éthique, mais on y trouve aussi de véritables criminels sans foi ni loi prêts à s’enrichir sur la peur et la détresse d’autrui sans aucun scrupule.

Depuis le mois d’octobre 2020, et la guérison rapide de Donald Trump face à la maladie du COVID-19, de nombreuses publicités fleurissent sur le Dark Web. Ces pubs vantent les mérites du médicament ” miracle ” utilisé par le président américain, fabriqué par Regeneron Pharmaceuticals Inc. Pourtant, ce médicament n’est pas encore autorisé à la vente au grand public.

Déjà en mai 2020, alors que la pandémie faisait rage partout dans le monde, un mystérieux laboratoire espagnol proposait du sang infecté de malades du COVID-19 pour un prix de 100 dollars les deux seringues. L’idée était de s’injecter ce sang pour profiter des anticorps immunisants, ou éventuellement de transmettre la maladie à son ennemi juré…

Précédemment, en avril 2020, face au manque de places en service de réanimation, un vendeur du Dark Web s’est lancé dans la vente en gros respirateurs artificiels. Selon ce commerçant, surnommé JhonCliff, plus de 300 appareils ont été achetés.

Black Friday : -75% sur le stockage à vie 500Go et 2To chez pCloud 🤑

Autant dire que le coronavirus a développé un marché très lucratif sur le Dark Web. Des centaines de milliers de publicités pour des arnaques liées au COVID-19 prolifèrent et remplacent les annonces pour la vente de drogue, de produits volés, de données en fuite et autres contenus pornographiques.

Pendant plusieurs mois, Bloomberg News a mené l’enquête sur la manière dont la pandémie bouleverse les marchés de l’illégal du Dark Web. Selon cette étude, durant les premiers mois de la crise, les vendeurs proposaient principalement des équipements médicaux et des kits de tests en proie à la pénurie.

À la fin de l’été, des identités numériques volées étaient proposées pour permettre aux acheteurs de profiter des aides gouvernementales accessibles aux petites entreprises et aux salariés contraints au chômage par le confinement.

En s’acquittant d’une somme, les clients recevaient l’accès aux données personnelles d’un individu ou d’une entreprise : nom, numéro de sécurité sociale, date et lieu de naissance… il ne leur restait ensuite qu’à user de ces informations pour compléter des requêtes d’aides financières auprès des gouvernements.

À présent, le marché semble se focaliser sur la vente de vaccins contre le COVID-19 pour ceux qui ne souhaitent pas patienter jusqu’à leur lancement officiel. Au total, selon un rapport de la coalition de chercheurs en sécurité CTI League, la vente de produits liés au coronavirus sur le Dark Web a généré près de 100 millions de dollars.

Dark Web : le COVID-19 est l’équivalent du ” Black Friday ” pour les escrocs

Sur les 25 plus grosses ” marketplaces ” du Dark Web, les chercheurs ont identifié 10% de produits liés au COVID. Comme l’avait prédit le United Nations Office on Drugs and Crimes, les dealers de drogues se tournent vers ces produits, car ils se révèlent encore plus rentables et lucratifs que leurs marchandises habituelles.

Selon Sean O’Connor de la CTI League, le COVID a créé ” l’équivalent d’un Black Friday pour le Dark Web “. Les criminels s’enrichissent désormais en surfant sur les différentes étapes de la crise, des tests et traitements préventifs à la phase de vaccination.

Récemment, un individu affirmant être un laborantin a diffusé une publicité pour un ” vaccin ” testé et approuvé sur des patients israéliens qui ne serait toutefois pas commercialisé avec plusieurs années. Le produit était tarifé à 25 000 dollars.

Une autre publicité proposait un vaccin approuvé par le ministère israélien des sciences et technologies pour 5 bitcoins, soit l’équivalent de 77 000 dollars. Ces annonces exploitent la peur liée à la pandémie, en présentant par exemple le vaccin comme ” la seule option pour échapper à la mort “.

Bien entendu, la majorité de ces offres sont de pures arnaques. Sur le Dark Web, rien ne permet de s’assurer au préalable de l’authenticité d’un produit. Les escroqueries pullulent, et des criminels thaïlandais ont par exemple vendu des masques usagés récupérés dans les poubelles et présentés comme neufs.

Le Dark Web est illégal, mais si vous décidez malgré tout de vous y rendre, soyez conscients que ces offres sont en grande majorité des arnaques. La pandémie de COVID-19 est extrêmement angoissante, mais vous ne trouverez pas de solution miracle sur le marché noir

Gardez en tête que Pfizer a annoncé un vaccin efficace à 90%, et que l’UE compte en acheter 300 millions de doses au premier trimestre 2021. Le cauchemar devrait donc bientôt prendre fin !