Data Center : Comment Meta compte devenir « water positive » ?

Meta, la grande boîte mère de Facebook souhaiterait innover écologiquement sa gestion d’eau au niveau des Data Centers. Cet engagement « water positive » serait mis en place d’ici 2030.

C’est l’occasion de vérifier la validité de l’hypothèse d’un ingénieur qui insiste qu’il serait plus efficient de réduire le taux d’humidité au niveau du fonctionnement des serveurs. De cette manière, ils opéreraient à haute température mais la masse d’eau exploitée baisserait considérablement.

Meta souhaite réduire ses consommations d’eau et d’énergie

L’entreprise internationale a commencé certaines expérimentations sur ses data centers en les faisant fonctionner à seulement 32 °C. A cette température, les data centers ne demanderaient pas plus en refroidissement journalier pour fonctionner normalement. Meta a d’ailleurs déjà fait quelques études comparatives dans un même data center. Il a fait tourner une partie du data center à basse température et l’autre partie à température normale. Récemment d’autres tests de fonctionnement ont eu lieu à température se situant entre 29,4° et 32,2°C.

pcloud black friday 2022

En effet, Meta veut activement réduire ses consommations d’eau et d’énergie au niveau de ses infrastructures. La grande enseigne l’a annoncé publiquement à San Antonio durant une conférence durant laquelle les résultats d’une expérience au Nouveau-Mexique ont aussi été annoncés. Dans un de ces data centers, Meta a joué sur le taux d’humidité en faisant tourner la moitié de l’infrastructure à 13 %. L’entreprise avoue remarquer un fonctionnement normal des décharges électrostatiques et une réduction considérable de 40% en consommation d’eau. Dans d’autres régions, d’autres formes d’expériences ont généré une économie de 10 à 65 %.

Mis à part ces tentatives au niveau de l’humidité, Meta souhaite également diminuer ses dépenses hydrauliques en réduisant les nombres de lavage à contre-courant. Ces lavages sont destinés à purifier les systèmes de filtration de quelques data centers. En chiffres concrets, Meta reste discret quant à la masse d’eau qui pourrait être économisée par toutes ces procédures.

Un nouvel engagement écologique ?

Il y a un an, alors que la société n’avait pas encore officiellement changé sa nomenclature, elle avait déjà annoncé ses engagements écologiques futurs. A savoir l’objectif zéro carbone et la perspective «water positive » en 2030. Meta entend en effet rendre une grande partie des ressources énergétiques qu’elle consomme au niveau mondial. En 2021, selon GlobalData, la société avait dévoré 2,57 millions de mètres cube d’eau, un chiffre élevé par rapport à 2020. Selon Meta, il y aurait plus car sa consommation avoisinerait 3 millions de mètres cube. Les objectifs écologiques de la société semblent être plus difficiles à atteindre.

Intel de son côté tient la même ambition écologique sur l’eau d’ici 2030. Microsoft et Google ont également suivi le même chemin. Dans d’autres régions du globe, en Royaume-Uni, Thames Water, une compagnie des eaux penche pour une évaluation normative de la consommation d’eau au niveau des data centers localisés à Londres. La Corée du Sud penche plutôt sur une collaboration effective des data centers et des usines traitant les eaux.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Pin It on Pinterest