Ils ont trouvé les débris d’un vaisseau alien : quel impact pour le futur ?

Ils ont trouvé les débris d’un vaisseau alien : quel impact pour le futur ?

Un groupe de chercheurs américains ont récemment trouvé des boules métalliques au fin fond de l’océan Pacifique. Il s’agit apparemment des débris d’un vaisseau alien, mais cette découverte fait aujourd’hui l’objet d’une controverse.

Un groupe de chercheurs américains dirigé par Avi Loeb de l’université Harvard affirme avoir découvert des sphérules métalliques. Mais cet objet d’origine interstellaire proviendrait d’un autre système solaire. Cette découverte n’a pas encore été évaluée par d’autres experts, bien qu’il ait été publié sur ArXiv au mois d’août.

Un vaisseau alien sur notre planète : la zone « présumée » de l’impact

La récupération des débris de ce vaisseau alien était sous la direction d’Avi Loeb en personne. Il a cependant orchestré une expédition financée par un généreux donateur privé. Ce dernier lui a accordé une somme de 1,5 million de dollars. Cette mission s’est déroulée du 14 au 18 juin 2023 dans la région présumée de l’impact, couvrant une surface de 10 kilomètres carrés.

Elle a été menée à bien grâce à l’utilisation d’un navire équipé d’un traîneau spécialement conçu. C’est-à-dire un bateau équipé de 300 aimants en néodyme et de caméras. Au total, 700 petites sphérules riches en fer, ayant en moyenne un demi-millimètre de diamètre, ont été récupérées des profondeurs océaniques, situées à une profondeur de 1,7 kilomètre.

Un vaisseau d’origine interstellaire

Jusqu’à présent, seulement environ cinquante de ces sphérules ont été soumises à une analyse approfondie, notamment par microscopie électronique et spectroscopie de masse. Cependant, pour cinq d’entre elles, des concentrations inhabituellement élevées en béryllium, lanthane et uranium ont été détectées, même si elles sont présentes à l’état de traces.

Ces concentrations sont environ 1000 fois plus élevées que celles observées dans certaines météorites provenant du Système solaire. Cette découverte renforce l’hypothèse selon laquelle ces sphérules ont une origine extraterrestre. Cette conclusion reposait cependant sur d’autres éléments de preuve. Notamment la vitesse extrêmement élevée et la résistance mécanique présumée de la météorite.

Les concentrations de ces métaux pourraient provenir soit d’une planète fortement différenciée possédant un océan de magma et un noyau de fer situé au-delà du Système solaire, soit d’une source encore plus exotique.

Les extraterrestres bientôt parmi nous ?

Il est important de rappeler que jusqu’à présent, seulement deux objets célestes ont pu être formellement identifiés comme des objets interstellaires. Le premier d’entre eux, nommé « 1I/ʻOumuamua », a été découvert en 2017. Sa trajectoire hyperbolique et sa vitesse extrêmement élevée ont clairement indiqué qu’il n’était pas sous l’influence gravitationnelle de notre étoile et qu’il traversait le Système solaire sans jamais y revenir.

Les caractéristiques spectrales et orbitales de cet objet ont suscité de nombreuses hypothèses quant à sa nature, allant de l’astéroïde à l’iceberg d’hydrogène, en passant par un bloc de glace d’azote ou un fragment d’exoplanète. Cependant, il semble plus probable qu’il s’agissait d’une comète éteinte.

Cependant, depuis 2018, Avi Loeb a également avancé l’hypothèse audacieuse selon laquelle Oumuamua pourrait être en réalité… un artefact artificiel envoyé par une civilisation extraterrestre lointaine. Est-ce que les sphérules font également partie d’un vaisseau alien ?

Newsletter

Envie de ne louper aucun de nos articles ? Abonnez vous pour recevoir chaque semaine les meilleurs actualités avant tout le monde.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *