intelligence artificielle

L’IA vient de décoder des tablettes de 5000 ans : voici ce qu’elle a découvert

Une équipe de chercheurs a réussi à déchiffrer des textes vieux de 5000 ans. Un système d’intelligence artificielle a contribué à cette avancée scientifique. Comme quoi, la technologie est devenue un allié de taille pour les futures découvertes.

Et si l’intelligence artificielle était la clé pour mieux traduire les écritures anciennes ? En tout cas, cette étude montre la performance de cette technologie dans ce domaine. Récemment, une équipe de scientifiques a réussi à décrypter des tablettes vieilles de 5000 ans. Ces dernières provenaient de l’ancienne Mésopotamie, une civilisation très puissante à l’époque. Cette découverte affirme de plus en plus la place de l’IA dans le domaine scientifique.

L’IA a traduit une langue vieille de 5000 ans

Les tablettes contenaient des écrits très sophistiqués. Avec les anciennes méthodes, les chercheurs n’ont pas réussi à les déchiffrer. En effet, la photographie classique limite considérablement les recherches. 

Mais l’intelligence artificielle a résolu ce problème scientifique. Contrairement aux anciennes techniques, cette technologie se base sur des modèles 3D. Et les résultats sont exceptionnels. L’étude attire déjà l’attention des scientifiques sur la revue The Eurographics Association.

« On y trouve de tout : des listes de courses aux décisions de justice. (…) Les tablettes donnent un aperçu du passé de l’humanité. Cependant, elles sont très altérées, et difficiles à déchiffrer, même pour des yeux aguerris » Hubert Mara, un des chercheurs.

En plus de ces informations, les tablettes contiennent des passages mentionnant les pratiques médicales de l’époque, les croyances religieuses, et même la vie politique de l’ancienne Mésopotamie. Certains symboles expliquent en détail les relations diplomatiques entre les différentes cités.

Une technologie basée sur le Deep Learning

Pour décoder ces tablettes, les scientifiques ont fait appel à une technologie très complexe. L’intelligence artificielle qu’ils ont utilisée s’appuie sur un réseau de neurones convolutifs. Cette branche du Deep Learning est spécialisée dans la reconnaissance d’images L’IA a ensuite analysé une base de données spécifiques. Au lieu de se focaliser sur les photographies, les scientifiques ont programmé l’outil pour qu’il étudie des modèles 3D. Ces données comprennent 1977 tablettes et 21 000 signes cunéiformes, et 4700 coins.

L’analyse de l’intelligence artificielle se déroule en deux étapes. En premier lieu, elle a examiné les signes sur les tablettes. Avec un détecteur basé sur un modèle RepPoints et une structure ResNet18, l’outil a associé les signes sur les tablettes aux images de la langue mésopotamienne. Ensuite, une autre méthode d’investigation intervient. L’IA a utilisé les fonctionnalités Feature Pyramid Network et RoI Align de la technologie Point R-CNN. Ici, l’objectif est de constituer les éléments de l’écriture ancienne.

Intelligence artificielle : une clé vers l’accès aux documents anciens

Les scientifiques avaient déjà réussi à déchiffrer les parchemins et les livres anciens avec les méthodes conventionnelles. Ils ont utilisé des supports 2D, comme les photographies, pour arriver à cet objectif. Toutefois, cette technique a présenté ces limites lors de l’étude des tablettes anciennes.

« Dans le cas des tablettes cunéiformes, les choses sont plus difficiles, car la lumière et l’angle de vue influencent grandement la façon dont certains caractères peuvent être identifiés » Ernst Stötzner, co-auteur de l’étude.

L’intelligence artificielle est alors une opportunité pour déchiffrer les tablettes. Les scientifiques peuvent désormais examiner ces documents anciens, et les traduire avec une précision optimale. De plus, ils ont l’intention d’améliorer leur technologie pour augmenter sa performance. 

Newsletter

Envie de ne louper aucun de nos articles ? Abonnez vous pour recevoir chaque semaine les meilleurs actualités avant tout le monde.

8 commentaires

8 Commentaires

  1. Bonjour,
    En tant que formateur en IA je me permet d’apporter une précision/correction : les réseaux de neurones (et pas neuronal) convolutifs ne sont pas spécialisés dans la reconnaissance d’objets mais dans le traitement de l’image en général, ils permettent tout autant de faire de la reconnaissance d’image que de la génération d’images.

  2. Bonjour,

    Est-il possible de savoir de quelle langue et de quelle culture de Mésopotamie il s’agit ?…

  3. Donc l’IA n’a pas traduit le texte. Elle a permis de mieux reconnaître les.caractères. Nuance importante.

  4. Bonjour, on a l’impression dans cet article que la seule chose qui compte c’est de glorifier l’IA. Que racontent les tablettes svp ?

  5. Bonjour.
    Merci pour cette précision. Nous avons corrigé l’article.

  6. Et elles disent quoi au juste ces tablettes et les écritures ? On reste sur la question ?!! Encore un secret d’état pour nous cacher lea véritable histoire d’une civilisation plus avancée que le nôtre ?!!! Ou bien c’est que je suis peut être complotiste !!!

  7. Bonjour
    Ces tablettes contenaient plusieurs informations comme les pratiques médicales, les croyances religieuses, et aussi les échanges entre les différentes cités de l’ancienne Mésopotamie.

  8. Bonjour
    L’IA permet de nous accompagner sur différents sujets.
    L’article sur le décodage d’une tablette vieille de 5000 ans ne donne pas assez d’informations.
    Pourrait-on voir une photo de quelques tablettes et le résultat du décodage ?
    A lire le sujet, cela donne l’impression que les tablettes d’un millénaire passé étaient autant performantes que celles de maintenant.
    Je reste sur ma faim.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *