divorce

Divorce : il cache 500K $ de Bitcoin à sa femme, un crypto hunter le démasque

Pendant son divorce, Sarita s’étonna du manque d’actifs de son conjoint gagnant 3 millions de dollars par an.

Après un divorce en cours, Sarita trouva suspect que son conjoint, gagnant 3 millions de dollars par an, avait peu d’actifs. Avec l’aide d’un juricomptable, elle découvrit finalement 12 Bitcoins d’une valeur de 500 000 dollars dans un portefeuille cryptographique caché.

Les défis juridiques de la crypto-monnaie lors des divorces

Sarita, qui a été mariée pendant une décennie et a demandé à utiliser un pseudonyme pour se protéger des représailles, se sentait aveuglée par les investissements en crypto-monnaie de son mari. Elle reconnaît ne pas avoir beaucoup de connaissances sur le Bitcoin. D’autre part, l’infidélité financière devient de plus en plus sophistiquée, avec des investisseurs qui plongent dans les chaînes de blocs et les propriétés métaverses.

Selon un sondage de NBC News, environ un Américain sur cinq a investi, échangé ou utilisé une crypto-monnaie, avec une prédominance chez les hommes âgés de 18 à 49 ans. Les avocats spécialisés en divorce, les enquêteurs médico-légaux de la blockchain et les conseillers financiers sont tous confrontés à des défis juridiques dans ce domaine émergent.

Kim Nutter, avocate spécialisée en droit de la famille et du mariage, souligne que la loi peine à rattraper cette nouvelle forme de monnaie. Éduquer les tribunaux, savoir quels éléments demander et trouver les bons experts constituent un véritable défi dans ce domaine en constante évolution.

En raison de sa nouveauté, le monde de la crypto-monnaie reste largement inexploré, même pour les avocats les plus expérimentés. Il nécessite une adaptation rapide et une expertise spécialisée pour naviguer efficacement dans les défis juridiques qui accompagnent cette nouvelle forme d’actifs financiers.

Chasseurs de crypto : traquer les pièces cryptographiques

La dissimulation de cryptomonnaies lors d’un divorce a donné naissance à une nouvelle catégorie d’investigateurs médico-légaux. Selon CNBC, certains conjoints parviennent à couvrir leurs traces financières malgré la nature publique de la blockchain. Kelly Burris, avocate spécialisée en divorce, explique que les conjoints doués en technologie peuvent facilement dissimuler ces actifs.

La cryptomonnaie pose un défi particulier : échapper à la réglementation bancaire rend difficile l’assignation de documents liés aux avoirs. Les enquêteurs doivent souvent effectuer une analyse médico-légale des ordinateurs ou des téléphones pour identifier une adresse de portefeuille, puis examiner la blockchain. Nick Himonidis, enquêteur médico-légal basé à New York, indique que 25% de ses affaires de divorce incluent des cryptomonnaies. Certaines affaires sont simples, impliquant des actifs tels que Bitcoin détenus sur une plateforme de trading. D’autres affaires sont plus complexes et nécessitent une expertise approfondie pour retracer les cryptomonnaies dissimulées.

La croissance exponentielle des cryptomonnaies rend cette tâche encore plus difficile. Les jetons de confidentialité tels que Monero, Dash et Zcash rendent difficile la traçabilité des transactions en masquant les détails. Cela complique davantage la situation, car leur désanonymisation devient pratiquement impossible. Lors d’une situation, Himonidis a découvert environ 700 000 dollars de monero sur un MacBook retrouvé. Malgré ces défis, les enquêteurs utilisent divers outils pour suivre les fonds sur la blockchain et détecter les tentatives de dissimulation. L’expansion des ponts inter-chaînes rend également plus complexe le suivi des cryptomonnaies lors d’un divorce. Ces techniques d’obscurcissement sont devenues inévitables compte tenu de la quantité d’argent impliquée dans l’écosystème crypto. Les conjoints sans ressources peuvent être choqués de découvrir des actifs cryptographiques dissimulés. Cependant, les enquêteurs continuent à développer leurs compétences pour suivre les évolutions rapides de la technologie cryptographique.

Estimation des crypto-actifs lors d’un divorce au tribunal

La volatilité du marché de la cryptographie complique l’évaluation des actifs matrimoniaux lors d’un divorce. Un ingénieur en chirurgie vasculaire a liquidé ses avoirs en dogecoin pour 5 000 dollars lors de son divorce. Toutefois, ces mêmes avoirs auraient valu près d’un million de dollars six mois plus tard. Dans certains cas, il est préférable pour les conjoints de conserver un actif spécifique plutôt que de le liquider. Les investissements volatils nécessitent une stratégie de gestion des risques. Certains conjoints préfèrent conserver les actifs cryptographiques en raison des fluctuations du marché. La répartition des actifs numériques pose problème, en particulier pour les propriétés métavers et les jetons non fongibles (NFT). Les NFT peuvent représenter une valeur considérable et évaluer leur véritable valeur est un défi.

Certains conjoints génèrent des revenus grâce aux biens immobiliers numériques du métavers, ce qui impacte le divorce. La répartition des actifs cryptographiques est compliquée par les implications fiscales, car les crypto-monnaies sont traitées comme des biens. Les différences entre le coût d’achat et la valeur marchande peuvent entraîner des impôts sur les gains en capital. Il est important de considérer les implications fiscales et de faire preuve de prudence dans la répartition des actifs. Malgré la volatilité du marché, les actifs numériques continuent d’intéresser de nombreuses personnes. Le marché des actifs numériques connaîtra des hauts et des bas, mais il est là pour rester.

Newsletter

Envie de ne louper aucun de nos articles ? Abonnez vous pour recevoir chaque semaine les meilleurs actualités avant tout le monde.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *