Accueil > Sécurité > RGPD > Données : explosion du nombre de plaintes à la CNIL suite au RGPD
cnil plaintes explosion

Données : explosion du nombre de plaintes à la CNIL suite au RGPD

Le nombre de plaintes liées aux données personnelles déposées à la CNIL a augmenté de 34% en 2018. Une véritable explosion, principalement liée à l’entrée en vigueur du RGPD.

Depuis le 25 mai 2018, le RGPD est en vigueur dans tous les pays membres de l’Union européenne. Pour rappel, le but premier de cette loi était de mieux protéger les données personnelles de citoyens de l’UE collectées par les entreprises. Alors, six mois plus tard, qu’est-ce que ce règlement a changé ?

Le nouveau rapport de la Commission nationale de l’informatique et des libertés (CNIL) nous permet d’établir un premier bilan. Ainsi, depuis le début de l’année 2018, l’autorité française de protection des données a reçu 9700 plaintes. Le total de plaintes a donc augmenté de 34% par rapport à 2017. Sur ce total, 6000 plaintes, soit près de deux tiers, ont été reçues après l’entrée en vigueur du RGPD.

Plusieurs plaintes collectives, visant à fédérer des internautes autour d’un recours commun, ont aussi été déposées par des associations. Par exemple, la Quadrature du Net s’était empressée de porter plainte contre les GAFAM. Précisons aussi que 187 plaintes transfrontalières ont été reçues.

Cliquez ici pour un accompagnement sur le RGPD

Données : plus de 1000 signalements de fuites enregistrés par la CNIL en 2018

fuite données signalement

D’après la CNIL, ces plaintes sont souvent l’occasion pour les entreprises de repenser leur organisation et politique de traitement de données personnelles. Par exemple, face aux nombreuses demandes de droit d’accès, les organisations s’adaptent et changent leurs modalités d’exercice des droits. Ainsi, Apple permet depuis peu à ses utilisateurs de télécharger toutes leurs données.

En parallèle, la CNIL déclare avoir reçu 1000 notifications de violations de données en 2018. Depuis le 25 mai 2018, sept alertes par jour sont reçues en moyenne. Rappelons en effet que le RGPD oblige les entreprises à signaler immédiatement toute fuite de données personnelles. Si elles ne s’y soumettent pas, elles risquent une amende pouvant aller jusqu’à 20 millions d’euros ou 4% du chiffre d’affaires. Toutefois, à ce jour, la CNIL n’a pas encore infligé de sanction financière au titre du RGPD.

Cliquez ici pour un accompagnement sur le RGPD

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Send this to a friend