données météorologiques dataviz

Les données météorologiques permettent de créer de superbes nuages 3D

Les données météorologiques ont été utilisées par des chercheurs suisses pour créer des représentations visuelles en 3D à l’aide d’algorithmes. En plus de se révéler étonnamment esthétiques, ces Data Visualizations pourraient s’avérer très utiles pour les météorologues. 

Un large ensemble de données peut être interprété et représenté de nombreuses façons, à des fins diverses. C’est par exemple le cas des données météorologiques, qui peuvent être utilisées différemment par les météorologues dans les stations de télévision ou les laboratoires de recherche.

Par exemple, pour analyser les données d’un pays entier, il est nécessaire de pouvoir consulter les tendances générales et de pouvoir choisir des points de données importants tels que les zones où les précipitations sont plus probables. Il est en revanche inutile d’entrer dans les détails du système nuageux.

En revanche, le pilote d’un petit avion aura besoin de données différentes telles que les cycles de turbulence et leurs évolutions au fil des jours passés. En bref, au sein d’un même ensemble de données, différentes personnes ne chercheront pas les mêmes informations.

Données météorologiques : la Dataviz pourrait s’avérer très utile pour les météorologues

météo dataviz 2

C’est la raison pour laquelle les chercheurs de l’ETH Zürich, menés par Markus Gross, ont décidé d’exploiter les nombreuses données météorologiques collectées le soir du 26 avril 2013 afin de créer différentes représentations visuelles (Dataviz).

Ces représentations se présentent comme de somptueux nuages en 3D, dont le beauté reflète aussi la complexité versatile des données. Toutefois, ce n’est pas le carctère esthétique de ces rendus qui intéressent les chercheurs, mais bien la façon dont ces visualisations permettent de rendre visible ce qui était impossible à voir avec les outils existants. Les données météorologiques sont ici représentées de façon simple et compréhensible.

Pour l’heure, les algorithmes utilisés pour créer ces simulations sont malheureusement trop lents pour être réellement exploitables. Cependant, les futurs progrès devraient permettre de remédier à ce problème.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Pin It on Pinterest