Accueil > Analytics > Data Analytics > Économie de partage : un phénomène basé sur le Big Data
économie de partage

Économie de partage : un phénomène basé sur le Big Data

L’économie de partage se répand de plus en plus dans tous les domaines. Les applications permettant aux particuliers d’offrir leurs services ou de partager leurs biens se multiplient et prennent peu à peu le pas sur la société de consommation. Cette transition n’est possible que grâce au Big Data. 

Au siècle dernier, posséder des biens était un signe de richesse. Plus les personnes étaient fortunées, plus elles pouvaient s’offrir des biens. Cependant, lorsque les coûts de manufacture ont diminué, il est devenu plus simple d’acquérir un grand nombre d’objets. Aujourd’hui, de nombreuses personnes vivent sous le seuil de pauvreté, mais possèdent un grand nombre d’objets, ce qui ne reflète en rien leur niveau de richesse.

Paradoxalement, pour la génération 2000, la tendance semble être de posséder moins de choses. Cette inversion de valeurs est principalement liée à l’avènement du numérique et de l’économie de partage. Alors que les précédentes générations avaient besoin de nombreuses étagères pour entreposer des centaines de livres et de disques, il est désormais possible d’entreposer la même quantité de médias dans des smartphones.

Si posséder quatre voitures pour une famille était jadis une marque de haut statut, la nouvelle génération millenial préfère posséder une ou même zéro voiture et s’en remettre à des services comme Uber, Lyft, CarGo, afin d’utiliser les voitures uniquement en cas de besoin.

Le partage grâce au Big Data

big-data-economie-partage

La location d’appartement, le covoiturage, la vente entre particuliers, ou encore le partage de talents constituent différentes facettes de l’économie de partage, ou de collaboration, désormais ancrée dans tous les domaines. Au-delà de la désillusion face au consumérisme, cette tendance est dirigée par les données. La plupart des services de l’économie de partage ne seraient pas viables sans l’aide du Big Data.

Ces entreprises ne représentent pas seulement une nouvelle façon de penser, mais aussi une nouvelle manière d’utiliser les données efficacement pour fournir aux clients ce qu’ils veulent, quand ils le veulent, où ils le veulent. Les exemples les plus évidents sont Uber et Airbnb. Ces deux entreprises ont développé leur propre plateforme pour permettre aux fournisseurs de services et aux utilisateurs de connecter leurs intérêts. Il existe toutefois d’autres exemples d’entreprises ayant développé leur plateforme Big Data pour se joindre à cette nouvelle économie. 

Plusieurs exemples d’économie de partage

Les sites de Freelancing, comme TaskRabbit, Care.com ou Upwork ont porté le marché du freelance à un tout autre niveau. Upwork aide les freelancers traditionnels, tels que les rédacteurs, les designers graphiques ou les codeurs à se connecter à des entreprises cherchant à embaucher. TaskRabbit propose le même concept pour les aides à la personne, les promeneurs de chien ou les assistants personnels. Care.com se spécialise dans les aides pour les enfants et les personnes âgées.

taskrabbit

Des entreprises comme WeWork mettent en place des espaces de coworking dans les grandes villes du monde. Les freelancers et les entrepreneurs peuvent y louer un bureau sans s’encombrer des coûts nécessaires à la location d’un immeuble ou d’un appartement entier. Les prix sont bas, et on retrouve des bénéfices comme des espaces de meeting, des lignes téléphoniques, une connexion internet et même parfois du café (ou de la bière) gratuit.

Les services comme Lyft ou Uber permettent conducteurs individuels de proposer leurs services de taxi de façon sûre. De même, Zipcar propose d’emprunter des voitures pour des périodes très courtes, par exemple le temps de faire des courses. La plateforme Getaround propose de partager sa voiture avec ses voisins tout en étant assurés à hauteur de 1 million de dollars. Enfin, les services comme Blablacar permettent aux personnes de partager leurs voitures avec d’autres personnes souhaitant effectuer le même trajet.

getaround

La plateforme Lending Club permet d’emprunter de l’argent à des particuliers avec un taux d’intérêt inférieur à celui des banques. Ceci permet aux prêteurs de dégager un bénéfice aisément, tandis que les emprunteurs peuvent profiter d’un prêt à moindre taux de remboursement.

Pour la mode, les sites comme Poshmark et threadUP permettent à des particuliers de revendre leurs vêtements. De son côté, Le Tote permet aux abonnés d’emprunter des vêtements et de les rendre facilement. Enfin, Rent the Runway permet aux femmes d’emprunter les services d’un designer pour des événements spéciaux.

neighborgoods

La plateforme Neighborgoods, au même titre que d’autres sites web, permettent d’emprunter des ressources tels que des outils ou des ustensiles de cuisine directement à ses voisins. Plutôt que d’acheter un outil pour un usage unique, les personnes peuvent se connecter et partager.

Une nouvelle façon de penser l’entreprise

Sans le Big Data et les algorithmes gérant les différentes plateformes, tous ces services ne pourraient voir le jour. Par exemple, il serait impossible de connecter un Uber avec son client sans une application bien pensée.

Le plus fascinant avec l’économie de partage est que les entreprises qui créent ces plateformes ne sont pas les fournisseurs de services, mais seulement des intermédiaires qui facilitent les transactions et les sécurisent. Grâce à eux, la barrière empêchant les personnes de monter une activité disparaît, et tout un chacun peut gagner de l’argent facilement ou aider la communauté à travers l’économie collaborative.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Send this to a friend