Électricité : Cette découverte de la Corée va changer le monde

Une équipe de recherche sud-coréenne est en passe de révolutionner notre façon d'exploiter l'électricité. Il s'agit d'une avancée majeure en supraconductivité.

Un supraconducteur à température et pression ambiantes figurerait parmi les découvertes les plus importantes de notre époque. Mais ce matériau révolutionnaire pour manipuler l'électricité n'est pas encore une réalité. Mais nous nous en rapprochons à en croire les données de recherche disponibles sur le site arXiv.

En cas de validation des résultats de la recherche, le nouveau supraconducteur ne fera pas que révolutionner la conductivité électrique. C'est l'intégralité de notre monde technologique que la découverte transformera. Rappelons que la Corée du Sud n'est pas le seul pays à travailler sur la supraconductivité. En effet, la recherche sur de potentielles nouvelles technologies de supraconductivité est mondiale.

La supraconductivité pour transporter l'électricité

En règle générale, les supraconducteurs nécessitent des températures extrêmes pour refroidir. Ils ne peuvent pas fonctionner correctement sans cela. Rappelons que ces éléments ont pour fonction de conduire l'électricité sans résistance. Le phénomène de supraconductivité s'accompagne de certaines propriétés magnétiques. Les supraconducteurs peuvent alors avoir de nombreuses applications.

Placé sur une bobine, ce type de matériau peut générer de puissants champs magnétiques. Soulignons que le fonctionnement de l'IRM repose sur l'utilisation des supraconducteurs. Les transports, les télécommunications, l'électronique ou l'informatique ont également besoin de la supraconductivité.

Les installations pour transporter l'électricité perdent 10 à 20 % d'énergie en raison de la résistance électrique des matériaux utilisés. L'utilisation de supraconducteurs permet de résoudre ce problème. Un matériau comme celui annoncé par les chercheurs sud-coréens permettrait de réaliser des économies énergétiques considérables. Cela résoudrait également l'inflation du coût de l'électricité.

Supraconducteur à température ambiante, la fausse alerte

Le papier publié sur arXiv mentionne LK-99 comme appellation du matériau. Celui-ci n'est pas le premier supraconducteur à température ambiante. Dans une étude précédente, des scientifiques ont déclaré avoir conçu un supraconducteur avec des capacités thermiques exceptionnelles.

La revue scientifique Nature publiait en 2020 un papier sur un matériau conducteur électrique. Celui-ci se compose de carbone, d'hydrogène et de soufre. L'échantillon intéressait pour sa capacité à devenir un supraconducteur à température ambiante. La recherche en question comportait quelques données erronées. La publication avait alors été retirée.

Ce qui nous amène aujourd'hui au LK-99. Le contenu de la recherche sud-coréenne semble solide. Cela pourrait alors faire du matériau le premier supraconducteur à température et pression ambiantes à fonctionner correctement. La confirmation des résultats est donc très attendue.

La supraconductivité dans des conditions moins extrêmes

La température à laquelle un matériau devient supraconducteur s'appelle température critique (Tc). À noter que sa valeur dépend de la composition chimique du matériau. Pour les supraconducteurs conventionnels, la Tc varie de -272 à -240°C. La température est ainsi très basse en règle générale.

En revanche, le LK-99 peut atteindre la supraconductivité à 127 °C. Dans la mesure où cette valeur se confirme, il sera possible d'utiliser le matériau dans n'importe quel type d'environnement. Par ailleurs, le nouveau matériau ne nécessiterait pas une pression massive pour fonctionner correctement.

Afin d'obtenir de telles performances, l'équipe sud-coréenne a effectué une modification structurelle du plomb composant le LK-99. Des ions de cuivre ont effectivement servi à remplacer une portion de l'élément.

D'autre part, associer les supraconducteurs et des équipements comme le compteur Linky permettent de lutter plus efficacement contre le gaspillage énergétique.

Newsletter

Envie de ne louper aucun de nos articles ? Abonnez vous pour recevoir chaque semaine les meilleurs actualités avant tout le monde.

10 commentaires

10 Commentaires

  1. Christophe Perio

    Arrêtez de relayer des infos non vérifiées et invérifiables !

    Ce n est pas la première fois que des pseudos scientifiques annoncent la découverte du siècle !
    Il y en a 15 par jours !!!

    Encore fois je ne vois pas l intérêt de parler de cela tans que ce ne seras pas officiellement une vraie info ou une vraie intox !!!

    Ca deviens lassant de lire tous ces articles avec un titre accrocheur qui n ont aucuns intérêt… !!!

    Hier j ai découvert le fil a couper le beurre !!!!
    Mais peut-être pas !!!

  2. S’agirait il de + 127°C ? Fautrait il chauffer au lieu de refroidir ?

  3. Par contre Christophe Perio, tu devrais apprendre à écrire.

  4. Il y a une coquille dans le texte. Vous parlez de degré Celsius alors que c’est un gamme de température en degré Kelvin qu il faut lire

  5. Daccord avec C.Perio

    @Caudron,
    Ce serait plutôt à prendre comme à 127°C et en-deça, ce matériaux reste supraconducteur. Je n’ai pas pris la peine de lire le truc original car je ne vois absolument pas en quoi cela pourrait être «révolutionnaire» à part laisser encore plus d’énergie disponible pour détruire la biosphère après en avoir consommer un maximum pour remplacer chaque mètre d’anciennes sections en cuivre.
    Ce truc c’est juste un accélérateur de la catastrophe en cours. Mais passons sur cette économie de la promesse et ses évangélistes.

    «Cela résoudrait également l’inflation du coût de l’électricité.»
    Il va falloir nous expliquer en quoi une perte constante par effet Joule depuis un siècle de progrès forcés doit subitement voir son coût être compensé financièrement à la hausse. Y a pas comme une confusion entre production et transport ?

    «D’autre part, associer les supraconducteurs et des équipements comme le compteur Linky permettent de lutter plus efficacement contre le gaspillage énergétique.»
    Le gaspillage ne réside pas dans le transport ni la production mais avant tout dans l’usage, le « courant » non consommé ne se perd pas entre la centrale et le sextoy connecté tant que ce dernier n’existe pas. Quant à Linky, ce machin à plus vocation à vendre des services de surveillance en temps réel via sa prothèse électronique consommatrice et de contrôler ça toutes les demi-heures que de véritablement faire baisser la consommation pour peu qu’on en aie la volonté (qui était déjà possible sans). Mais chacun sa réalité et sa vision du monde.

    Je trouve surtout cet enthousiasme en agitant de tels mantras sans aller en profondeur (et comme si ça allait de soi, ce que je considère comme du catéchisme) très pénible.
    En résumé : autant s’en tenir au fait et de ne pas faire de projections qui pourrait aussi être hasardeuse qu’infondées.

  6. DEGAULLE a dit
    Des chercheurs qui cherchent on en trouve mais des chercheurs qui trouvent on en cherche
    Les sommes engloutis sont colossales
    Exemple BIGARD en à fait un scetch
    Des chercheurs ont étaient payés pour nous informer que l on a une chance sur 1 million de se faire mordre par un chauve sourie
    CHERCHER L ERREUR et ce n est pas qu un chercheur qui a cherché

  7. Par contre j’aime écrire des commentaires sans intérêt. Parce que la forme est toujours plus importante que le fond…. Gniiiiiiiiiiiie

    … Gniiiiiiiiiiiie ! Mdr

  8. Merci pour cet avis détaillé

  9. Pour aller dans le sens de C.Perio, j’aurai du chercher un article simple pour appuyer ce que l’on en pense. Je comble ce manquement
    (bon, c’est en anglais, d’accord)

    Bon courage au rédacteur s’il reste humain; il pourra éventuellement corriger ou, à l’avenir, se modérer et prendre du recul pour gagner aussi en qualité auprès des abonnés (comme des lecteurs occasionnels).

  10. Bonjour, merci votre commentaire et désolé nous ne pouvons pas accepter de liens vers d’autres sites web dans les commentaires. Je transmets tout de même au rédacteur.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *