Elon Musk

RGPD : pourquoi Elon Musk a trouvé la journaliste de France 2 insupportable ?

s'est montré agacé par les questions d'Anne-Sophie Lapix concernant les réglementations de .

Lors d'une interview ce lundi 19 juin 2023, Anne-Sophie Lapix a confronté Elon Musk, suscitant des moments de tension. La journaliste a osé poser des questions franches sur l'acquisition de Twitter par le milliardaire et a même exprimé son désaccord. Cependant, c'est lorsque les réglementations de Twitter ont été abordées que Musk a manifesté son agacement, apparemment lassé des interrogations persistantes de la journaliste.

L'interview d'Elon Musk par Anne-Sophie Lapix : une tension palpable

Quand Elon Musk s'est assis face à Anne-Sophie Lapix sur France 2, on ne s'attendait pas à un feu d'artifice. Dès le départ, Lapix a posé des questions tranchantes sur la modération de Twitter. Elle a mentionné un tweet raciste, et Musk, agacé, a critiqué le ton répétitif. Néanmoins, il a défendu ardemment Twitter, soulignant l'action rapide contre les contenus illégaux.

Sans relâche, Lapix a continué. Musk, tout en montrant son irritation, a réaffirmé l'engagement de Twitter envers la loi. Le débat a révélé le caractère colossal du défi de la modération. Mais, c'est une remarque particulière de Lapix qui a fait grimper la tension à son paroxysme. Ensemble, ils ont créé un moment électrisant et révélateur dans le journalisme télévisé.

Elon Musk exaspéré par Anne-Sophie Lapix

En abordant le rachat de Twitter, Lapix a sondé profondément. Musk a évoqué ses ambitions politiques et, audacieusement, a pris position contre la censure. Avec ferveur, il a affirmé que brider l'expression était une erreur.

Par contre, il a admis son respect envers les lois émergentes, insistant sur le fait qu'elles témoignent de la volonté démocratique. Inébranlable, Lapix a creusé davantage, interrogeant Musk sur son adhésion au règlement DSA de l'Europe. Cette législation, rappela-t-elle, vise à équilibrer les régulations en ligne avec les normes de la vie réelle. Insatisfaite des réponses de Musk, elle a redoublé d'efforts. Puis, elle a lancé un avertissement : une amende de 300 millions de dollars pourrait frapper Twitter en cas de non-conformité. C'était l'étincelle qui a enflammé Musk.

Visiblement exaspéré, il a éclaté : « Oui, je l'ai déjà dit ! Twitter respectera la réglementation… » Il a compté les fois qu'il avait répété cela. Ce duel verbal, intense et sans répit, a captivé les téléspectateurs. Chaque mot de Lapix et chaque réplique de Musk ont dessiné une fresque épique de journalisme et de responsabilité d'entreprise.

Une contestation des chiffres avancés face à des arguments contraires

La rencontre entre Anne-Sophie Lapix et Elon Musk était semblable à un duel de titans. Lapix, armée de questions tranchantes, a attaqué avec vigueur. Au-delà de la modération sur Twitter, elle a ciblé l'impact de l'acquisition de Musk.

Implacable, elle a soulevé le licenciement des modérateurs, gardiens contre le racisme et la violence. Musk, tel un roc, n'a pas flanché. Il a contre-attaqué, affirmant que 4 000 modérateurs étaient encore actifs. En outre, il a clamé que les discours haineux avaient chuté de 20 à 40%. Cependant, Lapix n'était pas convaincue. Elle a répliqué avec des enquêtes contraires, soulignant une augmentation de ces discours. Rigoureuse, elle a cité des études, y compris américaines, dépeignant un tableau sombre.

Elle a pointé du doigt les interactions de Musk avec des extrémistes. Selon elle, cela a contribué à la désertion d'annonceurs de la plateforme. En ultime manœuvre, Lapix a lancé un défi : mettre une étude contre une autre. Elle était prête à dégainer ses preuves. Cette joute verbale était l'incarnation du journalisme passionné contre une figure puissante déterminée à défendre son territoire.

Newsletter

Envie de ne louper aucun de nos articles ? Abonnez vous pour recevoir chaque semaine les meilleurs actualités avant tout le monde.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *