facebook messenger données

Facebook Messenger accusé d’espionner les appels et SMS sur Android

Facebook Messenger, l’application de messagerie de Facebook, collecte et conserve les données liées aux SMS et aux appels téléphoniques de ses utilisateurs sur les appareils Android. C’est ce que révèle le site Ars Technica. Suite à ces accusations, l’entreprise a pris la parole, mais ses explications peinent à convaincre.

Nouveau scandale en perspective pour Facebook. Alors que l’entreprise a fait les gros titres la semaine dernière suite à l’affaire Cambridge Analytica, ce sont cette fois les propres pratiques de collecte de données de la firme qui sont remises en question.

Selon le site Ars Technica, plusieurs utilisateurs des applications Facebook Messenger et Facebook Lite sur Android se sont rendu compte que leurs données de SMS ainsi que les historiques de leurs appels téléphoniques sont collectés et conservés depuis plusieurs années. Les noms des contacts, numéros de téléphone et la durée des appels sont enregistrés.

C’est en explorant le fichier contenant les données collectées par Facebook à leur sujet que ces utilisateurs ont fait cette découverte inquiétante. Suite à la parution de l’article à charge, Facebook a pris la parole en expliquant utiliser ces informations pour son algorithme de recommandation d’amis.

Facebook Messenger affirme demander la permission avant de collecter les données

facebook permission

Selon le porte-parole de la firme, les utilisateurs doivent cependant donner leur permission aux applications Messenger et Lite pour que les données soient collectées et conservées. Facebook se défend aussi en expliquant que cette pratique est très courante parmi les différentes applications de messagerie ou de réseaux sociaux.

Cependant, la réaction stupéfaite de nombreux usagers démontre bien que la demande de permission n’était pas suffisamment explicite pour être comprise de tous. Alors que Facebook vient de s’offrir une page complète de publicité dans de nombreux journaux américains pour s’excuser suite au scandale Cambridge Analytica, on regrette que l’entreprise n’ait pas fait preuve de davantage de transparence à ce sujet.