google facebook valeur données

Google et Facebook pourraient bientôt indiquer combien valent vos données

Google et Facebook pourraient bientôt indiquer ce que leur rapportent les données personnelles des utilisateurs. C’est en tous cas l’idée suggérée par le sénateur américain Mark Warner pour que les géants du web fassent preuve d’une transparence accrue.

Le business model des géants du web comme Google et Facebook repose en grande partie sur la collecte de données personnelles des utilisateurs. Ces données sont utilisées pour dresser des profils d’utilisateurs et permettre aux entreprises de leur proposer des publicités ciblées.

Cependant, les utilisateurs ne savent pas vraiment combien leurs données rapportent à Google et Facebook. Ils ignorent la vraie valeur de leurs données. Le sénateur américain Mark Warner, il s’agit d’un problème auquel il faut remédier.

Ce sénateur vient de publier un livre blanc pour alimenter le débat sur la régulation de la confidentialité des données. Dans son texte, il propose notamment des solutions à des problèmes importants tels que la désinformation (Fake News), la transparence des données ou encore l’adoption d’un règlement similaire au RGPD européen.

D’après Warner , ce règlement pourrait notamment exiger des entreprises qu’elles alertent continuellement et de manière granulaire la façon dont leurs données sont utilisées, avec qui ces données sont partagées, et surtout combien chaque donnée de l’utilisateur rapporte à la plateforme. Pour le sénateur, cette pratique constituerait la forme ultime de transparence de la part des géants du web.

Cliquez ici pour un accompagnement sur le RGPD

Google et Facebook doivent indiquer combien valent les données pour une transparence complète

données valeur

En effet, alors que les services proposés par Google et Facebook sont prétendument ” gratuits “, les utilisateurs payent en réalité ces services avec leurs données personnelles. En apprenant, par exemple, que ses données rapportent 200 dollars par an à Facebook, l’utilisateur souhaiterait peut-être recevoir une compensation plus importante que de meilleures publicités en retour.

Cette idée de loi est très intéressante et pourrait se révéler très bénéfique pour les consommateurs. Cependant, il est peu probable que les régulateurs et les industriels parviennent à s’entendre sur une façon standardisée de calculer la valeur des données. C’est d’autant plus peu probable que Facebook blâme déjà le RGPD pour la perte d’un grand nombre de ses utilisateurs.

Cliquez ici pour un accompagnement sur le RGPD