Cybercriminalité : l'industrie de la mode doit aussi se protéger des vagues d'attaques

L’industrie de la mode doit aussi se protéger des vagues de cybercriminalité

Chaque étape vers la numérisation de bout en bout du secteur de la mode suggère une plus grande exposition à la cybercriminalité. Avec la croissance des boutiques en ligne, l’essor des usines intelligentes et la mise en place des assistants virtuels au niveau du support client, l’industrie de la mode prend-elle les mesures nécessaires pour se protéger des vagues d’attaques ?

Des attaques de plus en plus sophistiquées

Avec la pandémie du Coronavirus, le nombre de cyberattaques a littéralement explosé dans tous les secteurs. Cela s’explique par une forte digitalisation des activités. Il faut néanmoins savoir que la fréquence des attaques était déjà en hausse constante avant le Covid-19.

En parallèle, les hackers développent continuellement des techniques d’attaque de plus en plus sophistiquées. L’objectif ? Garder une longueur d’avance sur les systèmes de défense. Face à quoi, les entreprises doivent améliorer en permanence la cybersécurité.

Les lacunes au niveau des sécurités augmentent la surface d’attaque. Il devient vital de vérifier systématiquement puis de corriger les faiblesses de son système informatique et de l’ensemble de ses réseaux.

L’industrie de la mode, une cible potentielle

Toutes les industries subissent actuellement la hausse fulgurante des cyberattaques. Mais certains secteurs sont plus exposés que d’autres. C’est le cas de ceux qui possèdent des actifs à fortes valeurs ajoutées comme les propriétés intellectuelles, les secrets commerciaux et de fabrication, etc. 

L’industrie de la mode en fait partie. Il faut savoir que les propriétés intellectuelles font partie des actifs les plus convoités par les hackers. Le secteur de la mode constitue ainsi une cible fortement convoitée. 

Par ailleurs, les marques et les détaillants possèdent des fichiers des clients / prestataires qui correspondent à autant de données. Toutes attirent les acteurs malveillants. Ces fichiers couvrent plusieurs catégories de données : mensuration, informations d’identification, données financières, etc.

Cybercriminalité : les défis propres au secteur de la mode

Cybercriminalité : l'industrie de la mode doit aussi se protéger des vagues d'attaques

Dans l’industrie de la mode, les marques et les créateurs proposent des produits en édition limitée et des collections capsules. Les hackers convoitent ces articles rares qui viendront alimenter le marché noir

Cet aspect de la mode a créé un défi supplémentaire pour les acteurs de l’industrie de la mode. Par ailleurs, les entreprises peuvent être piratées via des outils de collaboration et même des appareils IoT dans les magasins. Cela correspond à un autre défi.

Dans ce contexte, les marques, les détaillants et leurs fournisseurs doivent effectuer des tests réguliers et exécuter des scénarios d’attaque pour garder une longueur d’avance. Un test d’intrusion est une forme d’évaluation éthique de la cybersécurité. Il sert à identifier et exploiter en toute sécurité les vulnérabilités afin de les éliminer. C’est un impératif. 

Installez un des logiciels de protection listés dans notre top des meilleurs antivirus pour vous prémunir de toute sorte de cybermenace.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Pin It on Pinterest