Informatique quantique : la Chine bat le record de Google Sycamore

Zuchongzhi serait capable de réaliser en une heure une action qu’un superordinateur ne peut accomplir en moins d’une année. Selon les développeurs, les tests traduisent des résultats meilleurs que ceux affichés par le processeur de Google : Sycamore.

Les Chinois mettent la barre très haute avec leur nouvel outil

Les Chinois revendiquent, une nouvelle fois, être une référence dans le monde de l’informatique. Des chercheurs viennent, en effet, de concevoir un équipement quantique hors du commun. Pour réaliser une tâche qui prend en moyenne, huit ans pour un supercalculateur de haute volée, celui-ci ne prend que 72 minutes. Fin juin dernier, Pan Jianwei ainsi que son équipe de physiciens de l’Université des sciences et technologies de Chine à Hefei ont annoncé que leur processeur quantique Zuchongzhi avait atteint un record, défiant ainsi l’informatique traditionnelle.

Forts en expérience, ces scientifiques ont mis en œuvre une tâche de calcul pouvant être traitée en 1,2 heure par un ordinateur quantique. L’équipe confirme dans un article sur ArXiv.org que cela « prendra au moins un temps déraisonnable pour n’importe quel superordinateur ». De même, le service de presse Phys.org énonce que l’expérience est « 100 fois plus difficile que celle effectuée par le processeur Sycomore de Google en 2019. »

Focus sur les projets chinois avec ZuChongzhi

Dans l’estimation de la puissance dégagée par le nouveau processeur quantique, les chercheurs chinois ont utilisé comme mesure un échantillonnage aléatoire de circuits quantiques. « Nos résultats expérimentaux de circuit quantique aléatoire […] sur le processeur quantique Zuchongzhi ont établi un nouveau record pour défier la capacité de calcul classique » évoquent-ils dans le communiqué.

Hautement performante et déployée à grande échelle, cette invention mènerait certainement à « des applications précieuses » plus tard. Pour terminer, l’équipe dirigée par Pan déclare que « le coût de calcul de la simulation classique de cette tâche est estimée à deux ou trois ordres de grandeur plus élevées que les travaux précédents sur le processeur Sycamore de 53 qubits ».

ZuChongzhi se différencie de Sycomore et autres supercalculateurs

Pour le cas de Sycomore, Google a annoncé il y a deux ans que l’échantillonnage d’un million de fois une instance d’un circuit quantique nécessitait 200 secondes en moyenne. Avoir une sortie identique demanderait pourtant 10 000 ans pour le superordinateur le plus performant à l’époque. Le processeur quantique chinois, lui est bien plus efficace et compte 66 qubits. Quant à son appellation ZuChongzhi, elle a été choisie en l’honneur d’un célèbre mathématicien chinois du Ve siècle.

Bref, ce projet quantique a réuni plus de 50 chercheurs au total. Parmi eux se trouvent des scientifiques affiliés à l’académie QuantumCTek. On notera également que plus tôt dans l’année, l’Université des sciences et technologies de Chine a dévoilé un prototype du Zuchongzhi. Celui-ci utilisant, cette fois-ci, 62 qubits et non 66. D’après Pan et son équipe, ces travaux constituent « une étape cruciale dans le domaine. Cela rapproche les futures applications quantiques à plus grande échelle de la réalisation pour les processeurs quantiques bruyants à échelle intermédiaire ».

Sources & crédits Source : scmp - Crédit :