Les avantages de l’interconnexion virtuelle pour les data centers

Après avoir découvert les séries spéciales sur l’interconnexion, posons les questions essentielles. Quels sont les réels apports de la virtualisation de l’interconnexion ?

L’interconnexion pourrait être définie par une fonctionnalité de réseautage et de partage de données entre plusieurs partenaires. Elle permet le chargement des flux de données mais aussi d’accéder aux services cloud.

Avec la demande évolutive des activités numériques, il est essentiel de pouvoir être constamment connecté mais aussi d’être interconnecté avec les autres.  Entre 2017 et 2020, la bande passante a augmenté à 5000 térabits par seconde.

La virtualisation de l’interconnexion résout toute une série de problèmes liée à la rapidité et la fluidité du chargement des données. Elle permet de rassembler en un seul réseau les entreprises à leurs données, leurs applications et les cloud.

De cette manière, les centres informatiques n’auront plus besoin de passer par les opérateurs. L’infrastructure gagne en autonomie et économise en même temps. Les ajustements propres aux exigences des clients peuvent être traités sur la même plateforme.

Les tendances ayant précédé la virtualisation de l’interconnexion

Le modèle en tant que service dont la tarification se basait sur un abonnement. Cette installation exige des infrastructures capables de compenser aux variations de flux dans le trafic de réseau.

Le deuxième modèle : l’Edge Computing, subvient à l’apport et au traitement des données depuis le cloud vers les clients. Une informatique de pointe dont les prévisions en 2027 pourraient atteindre un taux de 37% par an. Considéré comme étant un outil de gestion de petit appareil, la technologie de pointe ne l’est pas. Construite à proximité des data centers, elle dessert les infrastructures périphériques. Ces hubs subviennent aux besoins des applications que les cloud centraux ne peuvent alimenter. Les grands besoins en faible latence sont prioritaires pour les data centers régionaux.

Le troisième propulseur vers la virtualisation des interconnexions est sans doute l’arrivée du 5G sur le marché des réseaux. Les prévisions pour 2022 avoisinaient un milliard d’abonnés. L’espoir est de pouvoir substituer la moitié des utilisateurs en 5G dans le courant de l’année prochaine.

Ce que permet réellement l’interconnexion

Voici une liste non exhaustive des souhaits liés à ces perspectives. D’abord, une utilisation libérée des fils pour tous robots dans les usines et les entrepôts. Et bien sûr une mise à jour automatisée des nécessités, permettant de prévenir les éventuels risques et accidents.

Cela permettra aussi une avancée dans l’approvisionnement en infrastructures de transport. Rendre les capteurs, l’éclairage et les compteurs intelligents pour optimiser les environnements.

D’autre part, l’utilisation des drones facilitera les tâches jugées trop dangereuses pour les êtres humains.

Les fans pourront aussi bénéficier d’une nette amélioration de la qualité vidéo aux matchs de stade.

Enfin et surtout, un grand pas pour les prestations de soins médicaux, et même la chirurgie à distance sera possible via les robots avancés.

Et bien sûr dans le domaine de l’enseignement, une expérience immersive et réaliste à souhait pour les étudiants et les élèves qui voyageront à travers l’écran.

Sources & crédits Source : datacenterdynamics - Crédit :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Pin It on Pinterest