Interxion choisit de refroidir ses data centers de façon écoresponsable

De nombreuses entreprises optent aujourd’hui pour la transition écologie. C’est le cas d’Interxion, une société marseillaise spécialisée en services de data centers. Celle-ci a même imaginé une solution basée sur l’eau, très peu énergivore, pour refroidir ses infrastructures.

Interxion a choisi de miser sur son niveau système de refroidissement de data centers pour sa démarche écoresponsable. Baptisée « river cooling », cette solution est jusqu’à 30 fois moins énergivore qu’une technologie de refroidissement traditionnel. Les data centers d’Interxion, se trouvant au port de Marseille l’expérimentent déjà.

Interxion se sert du refroidissement fluvial pour ses data centers

A Marseille, les data centers Interxion MRS2, MRS3 et aussi MRS4 jouissent d’un tout nouveau système de refroidissement.  D’une valeur de 15 millions d’euros, cet équipement permettra à l’entreprise de réduire ses consommations énergétiques annuelles de 18 400 MWh.

Les deux premières infrastructures sont refroidies par une eau souterraine dont la source se trouve à 3 km. Cette méthode a permis de dégager un PUE de 1,2. Quant à MRS4, il n’est pas encore tout à fait fonctionnel mais le sera au second trimestre de cette année. Il est prévu que celui-ci tire profit de la rivière dans son refroidissement.

Cette filiale de Digital Realty en Europe a voulu s’installer à Marseille pour des raisons stratégiques. En effet, c’est l’emplacement par excellence si l’on veut viser le Moyen-Orient ou l’Afrique. Pour information, Interxion a opté pour une ancienne base sous-marine de la 2e guerre mondiale pour la construction de MRS3.

La quête d’un système de refroidissement peu énergivore efficace

Le projet d’un refroidissement liquide, l’enseigne l’a déjà évoqué auparavant. Cela consistait alors à utiliser les eaux usées d’une « mine de charbon », comme l’a affirmé Aaron Binkley, directeur du développement durable du groupe en 2020. Aujourd’hui, cette eau passe par un réseau de canalisation souterraine et est réfrigérée pour pouvoir être plus efficace.

Il a fallu deux ans et demi pour construire cette technologie. Cela comprend la mise en place des canaux ainsi que celle de 27 échangeurs de chaleur. Utiliser cette eau souterraine permettra alors d’économiser 18 400 MWh d’énergie, soit de réduire les émissions de CO2 de 795 tonnes en une année. Bref, les data centers marseillais d’Interxion pourront se passer de refroidisseurs électriques.

L’entreprise entrevoit aussi d’améliorer ses canalisations. Elle ambitionne, en effet, de produire de l’eau chaude et de desservir tout le réseau de chauffage urbain Euroméditerranée. Linda Lescuyer, directrice énergie chez Interxion France a annoncé qu’en plus du refroidissement de ses data centers, la société cherche un moyen de tirer profit des calories dégagées pour ensuite contribuer dans le chauffage. Celle-ci est persuadée que le « river cooling est un exemple réussi d’innovatione et d’intégration circulaire sur le territoire ». Notons que ce projet bénéficie du support de la région Sud et de l’Ademe, tant sur le plan technique que budgétaire. De plus, la technologie est issue de la collaboration entre Interxion, le groupe EDF et Dalkia Smart Building.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Pin It on Pinterest